La mascarade d’initiation des Chevaliers de Colomb

par Jan 16, 2022Québec humaniste6 commentaires

Auteur(s) anonyme(s)

La Raison : Bulletin Rationaliste Athée, 1979, Volume 4, Numéro 2, pp. 5-7.

En 1882, dans le but de combattre la Franc-maçonnerie anticléricale et les luttes ouvrières, un prêtre américain du Connecticut, Michael McGivney fonda les Chevaliers de Colomb. Les Chevaliers de Colomb furent introduits au Québec pour lutter contre la loge anticléricale de l’Émancipation fondée en 1892 par Honoré Beaugrand (un ancien maire de Montréal), mais surtout contre les syndicats. Les Chevaliers de Colomb ont toujours mené un combat d’arrière- garde. Au début du XXe siècle, au Mexique, les Chevaliers de Colomb s’engageaient dans la lutte contre les paysans qui exigeaient une réforme agraire, soutenant ainsi les grands propriétaires fonciers. Les Chevaliers de Colomb mexicains pendaient ces paysans dépossédés, sous le prétexte qu’ils étaient communistes. De nos jours, les Chevaliers de Colomb luttent contre l’avortement, la laïcité de l’école et de l’État, l’émancipation des femmes (ex.: la pièce féministe « Les fées ont soif »), les luttes ouvrières, etc. Au Québec, au sommet de cette organisation catholique archi-réactionnaire, on retrouve des juges, des avocats, des entrepreneurs, des policiers, des ingénieurs, des marchands, des contremaîtres, des patrons de petites et moyennes entreprises, des politiciens traditionnels (dont Rodrigue Biron, actuellement ministre PQ), des sportifs professionnels (Jean Béliveau), etc. Le dogme central de cette secte catholique est que: la fidélité et la solidarité s’exercent avant tout envers les « frères » et que toute solidarité envers un parti, un syndicat passe après. Ce qui signifie qu’un ouvrier Chevalier de Colomb ne peut lutter contre un bourgeois Chevalier de Colomb qui l’exploite, puisqu’ils sont tous deux « frères » et solidaires.

On connaît le rôle néfaste de ce principe pendant les luttes ouvrières, comme celle de Dominion Glass (Ville st. Pierre) où l’exécutif syndical, composé de Chevaliers de Colomb (par solidarité avec leur « frère » patron) a refusé de négocier l’égalité de salaire pour les femmes, prétextant que l’employeur cesserait dès lors d’embaucher les femmes. Les ouvrières de Dominion Glass déposèrent une requête à la Commission des Droits de la Personne et gagnèrent leur procès. Pour attirer les gens dans leur organisation, les Chevaliers de Colomb leur promettent de bons « jobs », l’entraide, une promotion sociale. Et dans certains endroits reculés du Québec, il faut être Chevalier de Colomb pour trouver du travail.

L’initiation [1] des Chevaliers de Colomb est une véritable mascarade. Voici une courte description de cette bouffonnerie. Généralement, on utilise une salle d’école pour procéder à l’initiation. Les aspirants Chevaliers attendent dans un corridor. On a pris soin de les infiltrer de quelques Chevaliers qui jouent le jeu et font semblant de ne pas savoir, plus que les autres, ce qui va se dérouler. On fait alors entrer tout ce monde dans la salle. On parle d’abord en anglais et les animateurs déclarent qu’ils sont venus des États-Unis. Ceux parmi les initiés qui ne comprennent pas l’anglais demandent qu’on parle en français. Les plus agressifs parmi les initiés feront les frais de cette comédie. Un gros musclé (c’est le bouc) de l’équipe des initiateurs leur répondra d’aller se faire foutre… Il les provoque et certains commencent à se révolter. On jouera ce jeu tout le temps de l’initiation. Quand les esprits deviennent trop belliqueux, les Chevaliers qui jouent aux aspirants deviennent des modérateurs. Quand tout est trop calme, ces mêmes Chevaliers jouent le rôle de provocateur. Puis le Grand Chevalier arrive.

Il explique le premier symbole, le crâne en disant que le trou des yeux vous a été donné par le créateur pour voir de belles choses, mais qu’ils peuvent vous faire voir aussi de mauvaises choses. Pour le deuxième symbole, il prend la boussole. Il explique comment Christophe Colomb a découvert l’Amérique et met en garde contre le fait que la boussole peut aussi faire glisser sur une mauvaise pente. Enfin, le dernier symbole est le câble. Le Grand Chevalier explique que c’est le symbole de la force, de la solidarité. Puis un prêtre en soutane, qui a assisté à toute l’initiation, fait agenouiller les initiés pour les bénir. On les fait prier. On fait promettre aux nouveaux Chevaliers sur leur honneur de ne jamais dévoiler les péripéties (secrets) de l’initiation [2].

L’initiation qui dure parfois toute une journée est terminée. Certains révoltés de cette mascarade ne reviendront plus. Précisons que ceux qui peuvent payer 2000 $ sont exemptés des bouffonneries de l’initiation. On n’humilie pas l’élite (?). Le but de l’initiation est de cultiver chez l’initié le sens de la soumission à l’Autorité de l’Ordre (Désordre) bourgeois et à l’église catholique. C’est pour cela que l’argument majeur retrouvé dans les revues des Chevaliers, « Colombien » et « Colombia », c’est que tout découle de la « volonté de Dieu », notre classe sociale, notre niveau de vie, nos dirigeants. C’est Dieu qui a décidé, les ouvriers n’ont qu’à se soumettre et toute révolte contre l’Ordre est une désobéissance à la volonté divine (comme d’ailleurs la Bible le dit (Épitre aux Romains XIII, 1-2). Quant au bonheur, il est ailleurs, dans un monde surnaturel. Ici, par la volonté divine, les ouvriers doivent se soumettre au patron. Telle est l’essence de cette organisation catholique archi-réactionnaire.

  1. Il est entendu que l’initiation décrite ici n’est pas propre à tous les Conseils dans tous les détails. Il y a des variantes secondaires, mais l’essentiel y est.
  2. Dans la Franc-maçonnerie, le fameux secret « est celui de la personne qui a été initiée et elle est incapable de le décrire. C’est ce que vous ressentiriez différemment si vous aviez été initié en même temps. C’est un secret incommunicable » (La Presse, 25 mars 1982, p. Cl).

Pour en savoir plus sur les C.C.: « Dossiers sur les Chevaliers de Colomb », passez commande au Journal Choc, 4518 rue St-Denis, Montréal, Qué., H2J 2L3

 

NDLR Le mot « Colomb » réfère à Christophe Colomb, envahisseur des païens « amérindiens » barbares que l’on va dominer, neutraliser, piller et « civiliser par le christianisme », sans quoi on va les massacrer, tandis que le mot « chevalier » réfère à l’implantation manu militari de cet empire catholique dans les Amériques. Les armoiries des Chevaliers de Colomb font d’ailleurs état de symboles militaires et religieux, glorifiant aussi la hiérarchie sociale et la propriété privée que l’Empire instaurait. 

6 Commentaires

  1. Kevin

    Je veut en savoir plus, et, comment monter dans les rang des chevaliers de colomb, mercii

    Réponse
    • Serge Marcil

      Ça fait 30 ans que je suis Chevaliers de Colomb et je peux vous dire que cette organisation en est une de charité exemplaire.
      Il n’y a rien de mal avec l’Ordre des Chevaliers de Colomb, mais je peux vous assurer que certains membres qui en font partie ne sont pas toujours, eux, à la hauteur. Il faut joindre les CdeC pour les bonnes raisons. Certains individus n’auraient jamais dû y être admis. D’un autre côté, il y a des membres qui ont fait énormément pour venir en aide aux plus démunis, les veuves et les enfants en particulier. Donc, les Chevaliers de Colomb jouent un rôle des plus importants dans notre société.

      Réponse
  2. cj

    La vie des Chevaliers de Colomb est exemplaire , cette information reçu de vous est un exemple de Judas en la condamnation du Christ , en chaque société d’ou habite l’homme en cette terre ,il ya des Juda excariote. Toute histoire a sa vérité en son histoire. Le siècle a commencé par les templiers et suite il y a eu en les générations et en ce jour vous en faites la continuitée , le mal des autres semble t-il rendent heureux ceux qui n’ont point de courage d’agir en société pour ceux qui ont la parole de le dire mais point d’agir.

    Réponse
    • admin

      Bravo pour la vie exemplaire, bien que je vous avoue ne pas connaitre personnellement de Chevalier de Colomb. J’aimerais savoir ce que vous entendez par “vie exemplaire”. J’aimerais simplement vous dire qu’il est tout a fait possible de mener une vie exemplaire sans faire appel à une divinité qui jusqu’à preuve du contraire n’existe que dans l’imagination de certains.

      Réponse
      • David

        Etre chevalier c’est donner la chose la plus importante à sa communauté, Donner de son temps! Aider les pls démunis. Amasser de l’argemt qui est remis dansles organismes enregistrés… Une vie exemplaire car elle démontre le sacrifice de soit, de son temps bénévolement pour les autres. Etre chevalier c’est faire face aux défis et à l’adversité afun d’aider sa communauté!

        Réponse
        • admin

          Bravo, trois fois bravo! Mais nul besoin de s’acoquiner avec une église qui protège les abuseurs d’enfants et de croire à un ami imaginaire pour faire le bien dans votre communauté.

          Réponse

Laissez une réponse à Serge Marcil Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses User Verification plugin to reduce spam. See how your comment data is processed.