Énoncé de mission et de principes # 1 Contre les cléricaux et autres inspirés

par Jan 16, 2022Québec humaniste0 commentaires

(La Raison : Bulletin Rationaliste de Libre Critique, 1979, Volume 1, Numéro 1, p. 1)

Le cléricalisme relève la tête. Sournoisement, il recommence à s’infiltrer dans les domaines civils et essaie de freiner les libertés chèrement acquises autant au niveau social qu’intellectuel. L’affaire des « Fées ont soif » a révélé au grand jour des forces obscurantistes qui, malheureusement, bénéficient de supports puissants et bien placés.

Personne ne peut rester indifférent. C’est aujourd’hui qu’on choisit le genre de société dans laquelle on veut vivre. Veut-on s’enligner vers le XXIe siècle ou retourner au XVIIe ? C’est un choix social important. Les tristes exemples de l’Espagne, du Portugal et des dictatures militaires d’Amérique latine demeurent toujours des illustrations vives des hiérarchies cléricales qui appuient les pouvoirs oppresseurs. On se sert de la religion pour démobiliser et endormir les masses.

« LA RAISON » se présente comme une tribune de critique libre envers tous les aspects du phénomène religieux, soit un éventail assez large touchant aussi bien les religions organisées avec leur base dogmatique ou scripturale et leurs sous-produits -mythico-religieux au mode, genre mouvement charismatique ou jésuite qui sont de toute façon récupérés tôt ou tard par les religions officielles, que le culte des OVNI, parapsychologie, psilogie, triangle des Bermudes, revenants, etc.

Sont bienvenus tous les commentaires et articles de la part de ceux qui sont intéressés à ce travail de démystification.

Énoncé de mission et de principes # 2

Qu’est-ce que le rationalisme ? (La Raison : Bulletin Rationaliste de Libre Critique, 1979, Volume 1, Numéro 2, p. 1)

Le rationalisme pour lequel nous luttons est cette stricte discipline que guide la raison, qui coordonne l’observation des faits naturels et l’expérience, et se laisse contrôler par elles. Le rationalisme, méthode de la science expérimentale, est une école de rigueur dans l’observation, dans la pensée, dans l’expression. La voie qu’il indique est laborieuse, certes, mais elle est la seule qui mène à un système de connaissances satisfaisant pour 1’esprit, reflétant fidèlement la réalité.

Le rationalisme, qui s’oppose à 1’esprit dogmatique, exclut toute crédulité envers des révélations, les puissances occultes et les autres aspects du surnaturel ou même toute complaisance à leur sujet. Le rationalisme a un champ d’action illimité, et conduit à la connaissance objective dans les sciences de l’homme, comme il prouve déjà son efficacité dans celle de la nature. Il est capable de provoquer d’entretenir l’enthousiasme au sein même de la sévère discipline critique qu’il comporte

Énoncé de mission et de principes # 3

(La Raison : Bulletin Rationaliste de Libre Critique, 1980, Volume 2, Numéro 2, p. 36)

« La Raison » refuse et combat le surnaturel, l’irrationnel, l’homme providentiel, l’absolutisme, le sexe dominant et dominateur, la race supérieure, le pouvoir discrétionnaire.

Énoncé de mission et de principes # 4

Science et religion

(La Raison : Bulletin Rationaliste de Libre Critique, 1980, Volume 2, Numéro 2, p. 2)

La science et la religion sont deux formes de la conscience sociale, mais des formes opposées, différentes et inconciliables. La science de la nature n’a pu se constituer qu’en livrant une lutte à mort à la religion. La science porta à la religion des coups redoutables. Par exemple, la Bible mentionne que la terre immobile est au centre de l’Univers. Copernic, Giordano Bruno et Galilée prouvèrent le contraire. La persécution de la science se déchaine. Quand Darwin prouva scientifiquement la véracité de l’évolutionnisme, il fut attaqué par les églises chrétiennes propagatrices du mythe d’Adam et Ève, etc. La pratique ou l’expérience est le critère de la véracité de la science. La religion n’a que la foi comme critère. En parlant de sa foi, l’un des Pères de l’Église, Tertullien disait : « Je crois parce que c’est absurde ». La religion, au rebours de la Science, reflète la réalité d’une façon inexacte, dénaturée, fantastique. La religion, « même évoluée », admet cette idée absurde et insensée que les lois de la nature peuvent cesser de jouer comme dans les prétendus miracles.

Après avoir combattu la science, et aujourd’hui face à son rôle important dans le développement social, la religion essaie d’entraver les progrès scientifiques avec son dialogue sous le fallacieux slogan « La science et la foi s’éclairent mutuellement » (sic). La conférence confuse de Boston en 1979 sur le terme « La foi, la science… » et les « excuses » du pape Jean-Paul 002 à Galilée s’inscrivent dans une vaste campagne de la secte catholique pour subjuguer la Science. Au Québec, nos petits cléricaux ont fondé en 1976 un « Centre bioéthique » pour, empêcher les progrès scientifiques sur l’insémination artificielle, l’avortement, etc. Quant au savant croyant, il est tout simplement inconséquent avec lui- même.

La tentative de l’Église pour contrôler la science tournera en queue de poisson, car la science et la religion sont deux conceptions du monde contradictoires, antagoniques et inconciliables.

Gabriel Dubuisson, Bernard Larivière, Georges Ouvrard et André Joyeux LE COMITÉ DE RÉDACTION

Consultez le nouvelle archive de la revue La Raison: Bulletin de la Libre Pensée (1979-1984, les 28 numéros) sur le site internet de l’Association humaniste du Québec à l’adresse suivante : https://assohum.org/archives- de-la-revue-la-raison/

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code