Alain Bourgault

Alain Bourgault

Membre de l'Association humaniste et de la Fondation Humaniste

 

 

NDLR La musique n’est pas humaniste en soi. Elle peut être formatée et imposée pour fabriquer de la chair à canon, pour fouetter les foules meurtrières, pour dénigrer l’humanité… Mais la musique présentée au Centre humaniste à très petit prix, tout cela bénévolement organisé par notre ami et camarade Alain Bourgault, est sans contredit d’inspiration humaniste. Alain a gentiment accepté de brièvement raconter comment il en est arrivé à cette magnifique contribution.

“Sans la musique, la vie serait une erreur!” (F. Nietzsche)

Avec cet exergue, je vous présente la genèse des concerts humanistes, tels que nous les appelons actuellement.

Bonjour à vous tous, J’ai été sollicité par le regretté Bernard Cloutier pour devenir membre de l’Association humaniste du Québec lors d’un « piscine party » des membres de Mensa chez Lise Vinet à l’été 2006. Plusieurs personnes ont ainsi été approchées par Bernard pour faire partie de cette nouvelle organisation. Par la suite, quelques-uns d’entre nous (les membres de Mensa) ont participé aux agapes humanistes chez Bernard. Le temps s’est écoulé, puis lors d’une conversation avec Bernard, et bien qu’il soit dur d’oreille, il me confie qu’il aimerait bien que l’on présente de la musique de chambre chez lui à l’occasion. La suggestion n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd et résonna fort en moi. Ce fut donc à mon tour de recruter… quelques musiciens. Le hasard faisant toujours bien (?) les choses, à cette époque, en 2007 plus exactement, j’ai croisé un ancien camarade de travail en la personne de Richard Lupien qui, justement, était guitariste et puis, lors d’une soirée donnée dans le Plateau par un chansonnier qui était accompagné de quelques musiciennes, j’ai sollicité l’une d’entre elles qui devint ainsi la pionnière de ces concerts et je veux parler ici d’Émilie Girard-Charest, violoncelliste, dont vous avez déjà entendu parler ou, au mieux, que vous avez entendu jouer et que vous entendrez certainement encore. Ainsi, avec ces deux protagonistes, sont nés les concerts humanistes. Par ailleurs, je m’en voudrais de ne pas mentionner l’aimable collaboration d’Anne Bilodeau qui m’a beaucoup aidé les premiers mois dans l’organisation et la coordination des concerts et afin de trouver des musiciens qui ont eu la gentillesse d’offrir leurs talents à notre public.

Quoique je ne sois pas musicien, la musique a toujours fait partie de ma vie. J’ai, bien sûr un peu comme tout le monde, appris les rudiments de la théorie musicale lors de cours de piano, flûte à bec et trompette. Je me rappelle même que, déjà au secondaire, j’avais présenté un travail oral sur l’histoire de la musique. La musique est universelle et elle a le sens qu’on veut bien lui accorder. Pour certains, elle est toute leur vie! Elle est tantôt entraînante, énergisante, détonnante, apaisante ou adoucissante, comme le dit le proverbe, mais elle est et sera toujours présente dans la vie des humains bien que certains, dans le passé, bien sûr, l’ont pourtant condamnée, car elle peut exciter les émotions et les sens. Des gens parmi vous m’ont demandé ce que la musique avait à voir avec les athées. Et pourtant, n’a-telle pas une origine purement païenne, propice à la fête et aux réjouissances?

Depuis l’automne 2010, une cinquantaine de musiciens (wow!, ça fait du monde!) ont présenté des concerts de toutes sortes au Centre humaniste, pour votre plaisir et pour le mien : du jazz, du classique, du baroque, de la musique traditionnelle celtique, du populaire, de la musique contemporaine, voire actuelle, et même de la danse! Les musiciens aiment se produire dans notre salle et voilà pourquoi je vous invite à venir vous émerveiller devant leurs performances. Je vous annonce également que le prochain concert aura lieu le dimanche 13 avril à 15 h et on y présentera un récital de Shakuhachi (flûte de bambou traditionnelle japonaise) avec Claude Maheu, professeur et musicien. Plus d’informations seront diffusées très prochainement. J’aimerais terminer en sollicitant l’aide de quelques personnes parmi vous, principalement pour l’aspect publicitaire et médiatique des concerts.

Au plaisir de vous compter parmi l’assistance,

 

HUMANIST MANIFESTO-I

Le premier manifeste humaniste, dénommé Manifeste humaniste-I, a été rédigé par le pasteur unitarien Raymond Bennett Bragg en 1933. Les trois premiers énoncés de ce manifeste sont les suivants:

  1. L’humanisme considère l’univers comme donné par luimême et non créé.
  2. L’humain fait partie de la nature et a résulté d’un processus continu.
  3. L’humanisme rejette le dualisme du corps et de l’esprit.

Raymond P. Bragg (1902–1979) fut le rédacteur en chef de la revue The New Humanist. Il milita au Kansas City Civil Liberties Union, s’investit dans l’amélioration des services en santé mentale au Kansas, et fut professeur de philosophie au Kansas City Art Institute.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code