Compte rendu de lecture du livre “The world until yesterday”, 2013, de Jared Diamond

par Avr 10, 2013Livres, Québec humaniste, Réflexions0 commentaires

CLAUDE BRAUN

CLAUDE BRAUN

Administrateur et éditeur en chef du "Québec humaniste"

Claude Braun a été professeur de neurosciences cognitives à l'UQAM de nombreuses années. Retraité depuis peu, Il a publié nombres de documents de recherches sur le sujet. Il a été également éditeur du "Québec laïque"  et est depuis quelques années l'éditeur en chef  de notre revue "Québec humaniste" Il a également publié "Québec Athée" en 2010. Téléchargeable gratuitement en utilisant ce lien avec  les compliments de l'auteur.

Les intellectuels humanistes ont un penchant naturel pour le grand anthropologue culturel Jared Diamond qui nous a époustouflés avec son érudition et son humanisme dans l’explication de la nature humaine et des montées et effondrements des civilisations, le tout richement imprégné d’une maîtrise incontestable de la géo-écologie.

Bien que l’on reconnaisse maintenant, grâce à Diamond, l’importance très grande de la géo-écologie pour comprendre l’histoire et la préhistoire humaine, de plus en plus d’intellectuels trouvent que Diamond en a exagéré l’importance. Par exemple, dans ses livres Guns, germs and steel [1] et Collapse [2] Diamond affirme que la clé du succès de l’occident se trouve dans la présence fortuite d’animaux et de plantes domesticables dans certaines régions du globe, rendant possible la transition vers les sociétés d’agriculteurs-pasteurs, et ensuite les empires militaires armés jusqu’aux dents. Le hic, c’est qu’avant que l’occident ne prenne possession du globe, la Chine était davantage pourvue en animaux et plantes domesticables, elle était pastorale et agriculturale, et elle était armée jusqu’aux dents. On accuse Diamond d’avoir oublié de considérer que l’empire chinois ne cherchait pas la conquête des autres peuples et territoires… pour des raisons culturelles, tandis que les royaumes européens cherchaient coûte que coûte à encourager des aventuriers cupides à estropier et dilapider les peuples et territoires du monde. Les rois européens offraient à leurs conquistadors une fraction importante des spoliations que ces derniers avaient carte blanche d’exacter des autres peuples. Pour sa part, la Chine n’a pas adopté une politique d’invasion pour génocide et spoliation. On conviendra toutefois que les choses pourraient bien changer, et même s’inverser… Quoi qu’il en soit, la géo-écologie est devenue très importante dans notre compréhension de l’évolution des espèces, et à un degré moindre, des transformations sociales chez l’humain, et cela en grande partie grâce à la force persuasive et le plaisir de lire Jared Diamond.

C’est ainsi que plusieurs intellectuels humanistes auront attendu avec impatience son dernier opus: «The World until yesterday», paru en 2013, [3] dans lequel il aborde des thèmes très diversifiés tels «Pourquoi apprendre plusieurs langues ?, Comment élever ses enfants ? Comment s’occuper de nos vieillards ? Les vertus de l’alimentation paléolithique…» Son thème que je souhaite résumer (à la page suivante) est celui de l’évolution des diverses fonctionnalités de la religion. Diamond distingue sept dimensions qui ont été importantes depuis 7,000 ans. Je reproduis ici une figure de son livre, que je traduis en Français.

  1. Diamond, J. (1997). Guns, germs and steel: The Fates of Human Societies. W.W. Norton & Company.
  2. Diamond, J. (2005). Collapse: How Societies Choose to Fail or Succeed. New York: Penguin Books.
  3. Diamond, J. (2013). The World until yesterday. New York: Viking Press

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code