Principes directeurs

L’Association adopte les principes directeurs ci-dessous :
Les administrateurs, officiers et mandataires s’engagent à observer ces principes directeurs dans la conduite des affaires de l’Association conformément à l’article 5.07 du règlement No.1 : Régie interne.

  1. Le premier principe de la pensée humaniste est le rejet de croyances basées sur des dogmes, sur des révélations divines, sur la mystique ou ayant recours au surnaturel, sans évidences vérifiables.
  2. L’humanisme affirme la valeur, la dignité et l’autonomie des individus et le droit de chaque être humain à la plus grande liberté possible qui soit compatible avec les droits des autres. Les humanistes ont le devoir de se soucier de l’humanité entière incluant les futures générations. Les humanistes croient que la morale est une partie intrinsèque de la nature humaine basée sur la compréhension et le souci envers les autres, n’exigeant aucune sanction externe.
  3. L’humanisme cherche à utiliser la science de façon créative et non de manière destructrice. Les humanistes croient que les solutions aux problèmes du monde se trouvent dans la pensée et l’action humaines plutôt que dans l’intervention divine. L’humanisme préconise l’application de la méthode scientifique et de la recherche sans restrictions aux problèmes du bien-être humain. Les humanistes croient toutefois aussi que l’application de la science et de la technologie doit être tempérée par des valeurs humaines. La science nous donne les moyens mais les valeurs humaines doivent proposer les objectifs.
  4. L’humanisme supporte la démocratie et les droits de l’homme. L’humanisme aspire au plus grand développement possible de chaque être humain. Il maintient que la démocratie et l’épanouissement de l’homme sont des questions de droit. Les principes de la démocratie et des droits de l’homme peuvent s’appliquer à plusieurs types de relations humaines et ne sont pas restreints aux méthodes du gouvernement.
  5. L’humanisme insiste pour que la liberté personnelle soit associée à la responsabilité sociale. L’humanisme ose construire un monde sur le concept de la personne libre responsable envers la société, et reconnaît notre dépendance et responsabilité envers le monde naturel. L’humanisme n’est pas dogmatique, n’imposant aucune croyance à ses adhérents. Il est ainsi engagé en faveur d’une éducation libre d’endoctrinement.
  6. L’humanisme est une réponse à la demande largement répandue d’une alternative à la religion dogmatique. Les principales religions du monde prétendent être basées sur des révélations pour toujours immuables, et plusieurs cherchent à imposer leur vision du monde à toute l’humanité. L’humanisme reconnaît qu’une connaissance fiable du monde et de soi-même se développe par un continuel processus d’observation, d’évaluation et de révision.
  7. L’humanisme prise la créativité artistique et l’imagination et reconnaît le pouvoir de transformation de l’art. L’humanisme affirme l’importance de la littérature, de la musique, des arts visuels et de la scène pour le développement et la réalisation de la personne.
  8. L’humanisme est une orientation de vie visant la réalisation maximale possible à travers le développement d’une vie morale et créative et offre un moyen éthique et rationnel pour affronter les défis de notre époque. L’humanisme peut être une façon de vivre pour chacun et partout.

Entrée en vigueur

Le présent Règlement entrera en vigueur le jour de sa ratification par les membres conformément aux dispositions de la Loi.

ADOPTÉ par le conseil d’administration, ce trente et unième jour du mois de juillet 2005