Laïcité: Michel Lincourt répond à Michel C. Auger

Laïcité: Michel Lincourt répond à Michel C. Auger

Laïcité

Réponse à l’article de Michel C. Auger, Radio-Canada,

‘Signes religieux : on a déjà joué dans ce film …’,

publié le jeudi 4 octobre 2018

Michel Lincourt PhD

9 octobre 2018

 

Bonjour monsieur Auger,

 

Qu’il me soit permis de faire quelques mises au point à propos de votre article, paru sur le site de Radio-Canada le 4 octobre 2018 et intitulé ‘Signes religieux : on a déjà joué dans ce film …’.  Vous y divaguiez sur la laïcité.

 

Pour ceux qui n’auraient pas compris le titre de votre article, je me permets un petit rappel historique.  La première projection du film que vous mentionnez date de l’automne 2013, alors que le Gouvernement du Québec présentait le projet de loi 60 sur la laïcité.  À ce moment, des médias avaient fait en sorte que le débat démocratique devienne une foire d’empoigne.  Quels étaient ces médias?  Vous les connaissez, monsieur Auger, c’étaient Radio-Canada, La Presse et la totalité des médias anglophones, y compris CBC.  Qui étaient les maîtres à penser de ce déplorable dérapage?  Eux aussi, vous les connaissez, n’est-ce pas : c’étaient André Pratte et Lysiane Gagnon de La Presse, Martin Patriquin de Maclean’s et vous-même de Radio-Canada. 

 

Avec une rare unanimité et singulière férocité, ces médias ont combattu la laïcité.  Pendant six mois, ils ont diffusé, publié un nombre impressionnant d’articles, de reportages, d’émis­sions, de pseudo-analyses, de chroniques, d’éditoriaux qui allaient presque tous dans le même sens, c’est-à-dire dans celui de la destruction de l’idée même de la laïcité.  Au mieux, ces articles étaient artificieux, au pire, carrément injurieux.  Car, il faut vous le rappeler, monsieur Auger, tout au long de ce débat, les défenseurs de la laïcité furent lapidés d’in­jures.  Par exemple, entre le 21 août 2013 et 19 septembre 2014, La Presse a multiplié ad nauseam les attaques les plus virulentes les unes que les autres.  Voici les invectives accu­mulées pour diaboliser la laïcité: c’est bannir, exclure, diviser, faire preuve d’injustice, c’est intolérable, maladroit, violent, une dictature, un déni de liberté, c’est totalitaire, crève-cœur, faire preuve d’intolérance, rien qu’un alibi, ça démontre une mentalité d’assiégé, c’est de mauvais goût, c’est un viol, une grenade explosive, une exclusion, un mauvais projet, c’est une honte, qui engendre des pertes, c’est lâche, honteux, extrémiste, islamophobe, ça génère la méfiance, rien de plus qu’une récupération, c’est une arme de distraction massive . . .  La plupart du temps, ces injures n’étaient pas ciblées.  On mettait dans le même sac les militants de la laïcité, le Parti Québécois, le Gouvernement du Qué­bec, les Québécois de souche, et la société québécoise dans son ensemble.  Il est remar­quable de constater que les défenseurs de la laïcité n’ont jamais cédé à la tentation de répondre à ce torrent d’injures.  L’Histoire retient déjà leur admirable retenue.

 

La presse anglophone ne fut pas plus civilisée.  Dans le Toronto Sun du 31 août 2013, le chroniqueur Warren Kinsella clama que « Quebec can learn from the Nazis.»

 

Radio-Canada et CBC en rajoutèrent avec une mauvaise foi à peine déguisée.  Par exemple, CBC m’invita pour expliquer l’idée de laïcité mais torpilla mon entrevue en invitant aussi, sans m’en avertir à l’avance, un contradicteur, un professeur de théologie de McGill.  Autre exemple, l’émission de CBC The Current vint à NDG et organisa une réunion publique qui fut diffusée à travers le Canada; cet événement ne fut rien d’autres qu’une imposture, je veux dire qu’on avait ‘paquetée’ une salle où plus de 1000 anglophones agressaient les six défenseurs de la laïcité ; j’étais l’un d’eux.  Encore un exemple, l’émission Second Regard diffusa un reportage tendancieux où l’on faisait dire à des immigrants que leur intégration à la société québécoise passait par la religion : c’est pourquoi, n’est-ce pas, il fallait com­battre la laïcité.  Encore : CBC instrumentalisa des gamins sur un terrain de football en Colombie-Britannique pour passer le message que la laïcité au Québec n’est rien de moins que du racisme.  Encore, Radio-Canada et CBC concoctèrent un sondage bidon, le fameux ‘stay-or-go’, qui concluait que la société québécoise était tellement intolérante que 50% des anglophones songeaient à quitter le Québec.  Enfin, après la défaite du Parti québécois le 7 avril 2014, la direction de Radio-Canada demanda à Jacques Bissonnet de faire un reportage sur le ‘sentiment’ de la communauté musulmane à propos du résultat électoral.  Celui-ci commit un texte tendancieux où il déforma outrageusement les propos de Djemila Benhabib; elle s’en plaignit à l’ombudsman de la société d’État, au moins 80 autres plaintes s’ajoutèrent à la sienne, l’ombudsman sanctionna le journaliste mais ne dit rien à propos du commanditaire de cette mauvaise émission. 

 

En somme, monsieur Auger, le film que vous mentionnez est celui-là; pour une bonne part, vous en êtes l’un des scénaristes.

 

Je reviens à votre article.  Il est biaisé à plus d’un titre et, franchement, ne sert à rien d’autre qu’envenimer le climat social avant même que le projet de loi sur la laïcité de la CAQ ne soit présenté.  Le 8 octobre, sur les ondes de Radio-Canada, votre collègue de la Gazette, Philip Authier, en remettait.  Pourquoi lui?  Pourquoi amener des chroniqueurs qui prêchent toujours le même discours culpabilisateur, le même discours qui diabolise la laïcité?  Pour­quoi, de temps en temps, ne pas mettre en onde un chroniqueur qui parle en faveur de la laïcité.  Afin de rétablir l’équilibre, vous voyez.

 

D’emblée, vous appelez «ligne dure» la résolution de la CAQ de mettre en œuvre dès cette année l’article de son programme qui traite de la laïcité.  Pourquoi cette étiquette péjora­tive?  Il n’y a rien de dur, ni rien de surprenant, dans cette initiative.  Ni le programme de la CAQ, ni la laïcité elle-même n’est dure pour qui que ce soit, sauf peut-être pour ceux qui veulent incruster leur doctrine religieuse dans les activités de l’État.  En somme, pour vous, si le gouvernement ne voulait pas adopter la ligne dure, il devrait adopter la ligne qui vous convient.  Un peu outrecuidant, votre propos, ne trouvez-vous pas?

 

Vous dites que «le nouveau gouvernement était élu depuis moins de 48 heures qu’il mena­çait déjà d’utiliser l’équivalent constitutionnel et politique de la bombe atomique pour respecter une promesse électorale …»  Menace, bombe atomique?  Quelle enflure!  Ça me rappelle les invectives de la couverture médiatique de 2013.  À vrai dire, monsieur Auger, peut-être est-ce vous qui utilisez la ‘ligne dure’?  Peut-être est-ce vous qui tenez à repasser le même film?

 

Dans la même phrase, vous introduisez ces mots «…pour respecter une promesse électo­rale»?  Reprochez-vous au gouvernement de vouloir respecter ses promesses?

 

Vous ajoutez une phrase extraordinaire : «Surtout que, dans un État de droit, ce n’est pas parce qu’une promesse est populaire qu’elle doit être traduite en législation.»  Quelle étrange affirmation?  Selon vous, si un gouvernement voulait respecter les règles de l’État de droit, il ne devrait mettre en œuvre que les promesses qui déplaisent au peuple?  Est-ce là votre conception de la démocratie?  Aller contre la volonté du peuple?  Et que vient faire ici la référence à l’État de droit?  J’aimerais vous rappeler que l’État dont on parle ici est un État démocratique, et que c’est parce que les lois sont librement votés par les représen­tants du peuple qu’elles deviennent légitimes et peuvent – doivent! – être mises en œuvre. 

 

Vous écrivez «d’autant que les sondages montrent aussi que l’appui s’arrête dès qu’on commence à parler de sanctions et d’emplois perdus.»  De quels sondages s’agit-il exac­tement?  Quand un journaliste prétend nous servir une ‘analyse’, ce serait la moindre des choses qu’il nous donne ses références.  Vous ajoutez «encore davantage quand les tribu­naux statuent que la loi brime les droits fondamentaux.»  Vraiment!  Au Canada, aucun tribunal n’a jamais statué que la laïcité brimait les droits fondamentaux des citoyens tout simplement parce que la laïcité n’a jamais été inscrite dans un projet de loi.  Bien sûr, je n’ignore pas qu’il y a eu des décisions judiciaires à propos de certains accommodements et certains accrocs à la neutralité de l’État; et que certaines décisions allaient dans le sens d’une laïcité à venir, d’autres pas.  Vous vous souvenez : n’a-t-on pas dit que l’interdiction de la prière au conseil municipal de Saguenay brimait le droit fondamental de la liberté de religion?  Dans un jugement unanime, la Cour Suprême a dit le contraire.  Par ailleurs, en toute honnêteté, vous ne pouvez commenter le projet de loi du gouvernement caquiste parce que ce projet n’existe pas encore. 

 

Vous parlez de «sanctions et d’emplois perdus» et quelques lignes plus bas, vous écrivez «à ce que je sache, pas un juge, pas un policier, pas un procureur de l’État n’en porte [un signe religieux ostensibles et ostentatoires]…»  Alors quoi?  Puisque personne ne porte un tel signe, personne ne sera congédié.  De plus, vous affirmez que «dans notre système de droit, l’argument selon lequel il ne faudrait pas attendre que cela arrive pour légiférer ne tient pas.»  D’où tenez-vous cette perle?  Dans notre système, il y en a, des lois pruden­tielles, la loi sur les mesures de guerre et la loi sur la clarté référendaire en sont des exemples.  Je vous soumets qu’un gouvernement démocratiquement élu a la responsabilité agir avec prudence, pour veiller notamment au bien collectif. 

 

En terminant, j’aimerais ajouter deux remarques. 

 

La première est celle-ci : le 1er octobre dernier, les Québécois ont parlé clairement.  Ils ont rejeté le PLQ qui, sur la laïcité, tenait une position semblable à la vôtre, et mis au pouvoir la CAQ qui, elle, propose un projet concret pour instaurer la laïcité.  En même temps, trente-trois pour cent des électeurs se sont abstenus de voter.  Pourquoi cette importante abstention?  Pour ma part, je répondrais ceci : plusieurs raisons poussent un électeur à rester chez lui et parmi celles-ci, il y a sûrement l’impuissance ressentie, je veux dire, le sentiment que l’élection n’est qu’un jeu de dupes.  Et les événements des derniers jours semblent lui donner raison, à cet électeur réticent.  Qu’a-t-on vu?  Le nouveau gouvernement annonce la mise en œuvre de son projet sur la laïcité.  Aussitôt, les lobbys anti-laïcités surgissent, écrivent des chroniques, dénoncent sur les ondes, défilent dans la rue en traitant la CAQ et ses électeurs de racistes.  Dans ce climat délétère, peut-on blâmer ceux qui pensent que la démocratie n’est que mensonge, qu’aller voter n’est que perte de temps.  Ce que je vous demande, monsieur Auger, c’est de ne pas encourager cette dérive, de respecter la démocratie. 

 

La seconde remarque est celle-ci : au cours des dernières années, j’ai vu beaucoup de pontes critiquer la laïcité.  Mais rarement en ai-je vu qui mettaient de l’avant une alternative crédible.  Monsieur Auger, si vous pensez que la laïcité est répréhensible, qu’elle ne serait que le scénario suranné d’un vieux film, que proposez-vous?  Autrement dit, quel but poursuivez-vous pour torpiller ainsi toutes les initiatives en faveur de la laïcité?

 

Cordialement,

 

Michel Lincourt PhD

41 réponsesà “Laïcité: Michel Lincourt répond à Michel C. Auger”

  1. Hélène Paulette dit :

    Grand merci monsieur Lincourt. On pourrait appliquer la même analyse au traitement réservé au PQ et à JF Lisée, et celà bien avant la campagne électorale. “Fabricating Consent” dirait Noam Chomsky.

  2. Yves Laframboise dit :

    Quel texte!

    Il y a longtemps que Michel Auger méritait d’être déshabillé ainsi afin de nous révéler le triste personnage qu’il est.

    Bravo!

    • Pierre dit :

      Oui bien dit…Michel Auger ne fait que critiquer dans tout quand ce n’est pas son idée…il ne peut penser que d’autres aussi pourraient avoir raison…il se prends un peu…beaucoup…pour un autre…Dieu peut être, le Dieu du journalisme ? Il y en a quelques uns comme ca à R.C.

  3. Jean-Pierre Matte dit :

    Grand merci. Il y a longtemps que cet animateur se prend pour le pape, qui lui-même est porté à se prendre pour Dieu… Tant de fausses vérités mises à nu… Ça fait plaisir. je me suis permis de déposer le lien de votre article sur sa page FB. J’espère qu’il la lira. 🙂

  4. Bravo! Même commentaire au sujet de ses supposés mythes dont le déclin du français. Analyse tellement boiteuse qu’elle fut dénoncée par les véritables spécialistes dont Charles Castonguay et le démographe Termote pour ne nommer que ceux-là. Manifestement, monsieur Auger ne va surtout pas valider son hypothèse auprès des penseurs de société. Et on lui donne un micro….avec les mêmes chroniqueurs à la pensée unidirectionnelle…vivement un nouvel animateur avec des spécialistes pluralistes.

  5. Nadia El-Mabrouk dit :

    Merci merci pour cette réponse on ne peut plus claire! Ça fait du bien de la lire! J’espère que le principal intéressé en prendra bonne note!

    • Louis Lasnier dit :

      Bravo Mme El-Mabrouk, grâce à vous nous avons pu lire ce bijou de témoignage qui enfin représente le sentiment de la majorité des Québécois sans nous faire passer pour des arriérés.

  6. Micheline Thibault dit :

    Ouf! Je suis soufflée! Quelle réponse à ce journaliste, à supposer qu’on puisse considéré tel Michel C. Auger… Merci pour ce texte si bien articulé et appuyé. Merci parce que ce vous dites me fait du bien à l’âme. J’en ai plus que marre de me faire reléguée dans la frange négative de la société par ces pseudo-intellectuels qui pontifient et crachent sur la société québécoise parce que je souhaite vivre dans un état laïc. Bref, qu’on le règle enfin ce dossier épineux et si c’est la CAQ qui le règle, je crierai BRAVO même si je n’ai pas voté pour ce parti.

    • Paul D'Amour Phd dit :

      Une réponse bien étoffée qui me fait réfléchir sur l’image qui entourent les personnes qui font du journalisme et en particulier ceux dont l’égo fait ombrage à leur objectivité. Y aura-t-il une réponse de M. Auger ? J’en doute…

  7. Josef Simard dit :

    Un texte à conserver…. Que Michel.C.Auger se le tienne pour dit. J’aime particulièrement votre petite pointe concernant les analyses qu’il cite sans en mentionner la source ou les auteurs.. Car j’ai remarqué qu’il dit souvent Selon une analyse… Ah ! mon rire à la Michel Chartrand s’impose… Merci monsieur Lincourt.

  8. Pierre Richard dit :

    Bien dit et bonne réplique.

  9. Lorraine Dubé dit :

    Merci monsieur Lincourt
    Rappelons aux détracteurs de la laïcité de l’État que “sans le compromis de la clause dérogatoire, la charte canadienne(de notre exclusion nationale)n’aurait jamais été adoptée”! Utilisons sans scrupule la clause nonobstant même si elle n’est valide que pour 5 ans.

    Rappel 2014 : Consensus social. Le Barreau du Québec prenait position sans avoir consulté ses membres. Commande politique? L’ex-juge de la Cour suprême Claire L’Heureux-Dubé s’inscrivait en faux contre l’avis du Barreau sur la charte. La magistrate retraitée jugeait curieux que le Barreau du Québec n’ait pas consulté ses membres avant d’y aller d’une «charge à fond» de train contre le projet de loi 60 du gouvernement.

    L’ex-juge Claire L’Heureux-Dubé offrait un appui inconditionnel à la charte de la laïcité du gouvernement Marois. «Rien dans le projet de loi 60 n’entrave la croyance religieuse et la pratique de la religion». L’ancienne juge représentait les Juristes pour la laïcité et la neutralité religieuse de l’État, qui regroupait 12 signataires, dont le constitutionnaliste Henri Brun et l’ancienne bâtonnière du Barreau de Montréal, Julie Latour, qui l’accompagnaient.

    «Il ne faut pas rater l’occasion de baliser les choses pour l’avenir», a plaidé M. Brun, convaincu que Québec n’a pas à craindre les recours devant les tribunaux. Le constitutionnaliste de l’Université Laval est formel: «Nous croyons que ce projet de loi, dans son intégralité, est constitutionnel, est valide».

    Charte de la laïcité -Des juristes veulent rectifier les faits-Derrière l’unanimité de façade érigée par le Barreau du Québec, bon nombre d’avocats sont divisés sur le projet de loi 60, disent les Juristes pour la laïcité et la neutralité religieuse de l’État -3 février 2014. En appuyant le projet de loi 60, les Juristes entendent faire contrepoids aux soi-disant détenteurs du «monopole de la clarté et de la vérité juridiques», le Barreau du Québec et la Commission des droits de la personne.

    «Dans le débat sur la charte de la laïcité, ils se sont approprié le droit de parole des avocats», déplore l’avocate Julie Latour. Mais, derrière l’unanimité de façade anti-charte, un grand nombre d’avocats appuient le projet de loi 60, affirme la porte-parole des Juristes pour la laïcité et la neutralité religieuse de l’État dans une entrevue avec Le Devoir.

  10. Henri Cohen dit :

    Excellent article et analyse. Il serait bon que M. Auger lise ce texte. Plus fondamentalement, je remarque que Radio Canada est au service de l’Etat, tout comme les radios de certains pays qui font la propagande des partis au pouvoir, ici le PLC et les valeurs politiques identitaires. Radio Canada s’est d’ailleurs fait une réputation, celle de n’appuyer qu’un seul aspect quel que soit le débat ou le sujet couvert. Qu’il s’agise de laicité, de politique internationale, ou d’enjeux locaux, on présente rarement une contrepartie ou une voix différente. Dans le temps, CBC se faisait un point d’honneur à montrer les diverses facettes d’une situation, mais plus récemment on a éliminé la complexité et la richesse des situations pour la simplicité et la propagande politiquement correctes. Une grande perte pour tous.

    • Lorraine Dubé dit :

      Bonjour monsieur Cohen
      Plusieurs contacts, médias et panélistes ont reçu cet article, dont Michel C Auger personnellement. Je me suis fais un devoir de le retransmettre au principal intéressé.

  11. Martin Vincent dit :

    Excellent article qui corrige les dérives de Radio-Canada. À ne pas en douter Auger en doit “une” aux libéraux fédéraux. Le manque de rigueur et le style nauséabond alimente toute la confrérie de cette boite. Et on vient nous taxer de racistes et xénophobes. Quel mépris envers la société québécoise. Je n’ai pas voté CAQ mais je soutiens un projet de loi pour la laïcité.

  12. genest dit :

    Un frustré du journal de Montréal point .

  13. Jean Louis Boulay dit :

    Enfin le bon sens refait surface. Merci Monsieur Lincourt

  14. Claude Livernoche dit :

    Cet article est une réponse solide aux curés sermonneurs qui voudraient que le peuple se comporte en chien battu. M. Auger et plusieurs autres de Radio-Canada sont les serins de Justin qui tentent de se gagner une fiole au Sénat en débitant des sornettes toxiques.

  15. Dan Labelle dit :

    M.Lincourt vous avez vulgarisé cette vérité qui a fait, et fait mal à la majorité des Québécois francophones… se sentir seul face un tollé d’affirmations mensongères et trop généralisé par une majorité de médias et par le gouvernement fédéral contre nous, même si nous sommes “encore” la majorité au Québec.
    Merci d’avoir mis des mots sur nos angoisses d’être seuls contre tous.

  16. Jean-Pierre Péloquin dit :

    Merci M. Lincourt, il est grand temps que Michel C. Auger sois remis à sa place et en même temps Radio-Canada qui n’encourage aucun débat objectif. Le débat sur la laïcité, selon mon opinion, n’est pas terminé car il n’a pas sérieusement commencé. La timide loi 62 n’a qu’effleuré le sujet. Le résultat des élections a démontré le désir des francophones Québécois de voir le gouvernement prendre une décision ferme et efficace au sujet des signes religieux et des accommodements. Personnellement je prône l’interdiction de tout signe religieux pour toute situation incluant l’espace public. On doit s’affirmer en tant que province laïque. Je sais que ces mesures ne touchent pas seulement les musulmans mais pour avoir vécu en Malaisie et en Indonésie pendant cinq ans, la population doit réaliser que cette religion est une religion politisée. En Malaisie la religion est régie par la police qui s’assure que les règles soit respectées: ne pas boire d’alcool, porter le hijab, respecter le Coran etc. Est-ce le type de gouvernement que nous voulons au Québec? Si nous ne bougeons pas immédiatement dans quelques années il sera trop tard, on vivra les mêmes problèmes qu’en France. Établissons nos critères une fois pour toute pour en finir sur ce sujet. Mon opinion ne fait pas de moi un raciste!

  17. Marc Jacques Gosselin dit :

    Bravo pour cet article, cette analyse.
    S’il est une chose que je ne comprend pas, c’est qu’un journaliste d’une société d’état devant représenter tous les citoyens et devant informer ceux-ci de façon objective… puisse avoir un micro à Radio-Canada. Comment le foutre à la porte, dis autrement…

  18. Nicole Roy dit :

    Bravo et merci pour cette réplique aux déclarations de Michel C. Auger, notamment sa dernière. Votre réplique est solide en s’appuyant sur les écrits des médias en 2013 et 2014 lors des discussions sur la Charte des valeurs du Parti québécois. Comme vous le dites si bien, ceux-ci ont diabolisé la laïcité avec des expressions injurieuses contre les défenseurs de la laïcité de l’État québécois. Aujourd’hui que le débat reprend, ce n’est guère mieux qu’à cette époque, à en juger par les récentes interventions de Michel C. Auger qui parle de ligne dure et de bombe atomique. Je ne comprends pas qu’un journaliste prenne parti dans un débat de société, il me semble que leur rôle est de montrer une certaine objectivité en présentant les positions des différentes parties. J’espère que lorsque le vrai débat commencera avec le dépôt du projet de loi sur la laïcité, les journalistes se garderont une petite gêne et garderont leur opinion personnelle pour eux.

  19. Nadia Alexan dit :

    Merci monsieur Lincourt. Il fallait lui rappeler que les anglophones ont eu la même psychodrame envers la loi 101.

  20. Daniel Nomade dit :

    Qui est frustré?

  21. Guy Tremblay dit :

    Excellent réplique Monsieur Lincourt!!! Bravo!!!!

  22. Thérèse Coté dit :

    Bravo! Voilà un texte auquel il n’y a rien à ajouter d’autre que

  23. Mme Leila Lesbet dit :

    Excellente réponse, monsieur Lincourt. Vous avez pris le temps de rappeler des faits, de replacer les éléments dans leur contexte afin de reconstituer cette période fort importante de l’histoire très récente du Québec. Votre texte est d’une honnêteté intellectuelle implacable dont M.C.Auger en est complètement démuni.
    Quand on troque le journalisme pour le mercenariat on produit un écrit aussi fallacieux que celui de M.C.Auger démontrant le manque de respect que ce dernier a envers le peuple québécois. Il est bon de lui rappeler que c’est la commission des droits de la personne qui en statuant contre la présence du crucifix dans les écoles a déclaré que cela ”portait atteinte à la liberté de conscience des enfants de par sa présence continue”. Si cela est valable pour le crucifix, c’ est tout aussi valable pour les autres signes religieux dans les établissements scolaires. Quand il s’est agi du crucifix M.C.Auger n’a pas grimpé dans les rideaux alors pourquoi cette réaction à chaque fois qu’il s’agit de laïcité qui doit s’appliquer pareillement à toutes les religions ? Quelle croyance ou quelle religion veut protéger M.C.Auger et pourquoi ? Quant aux bombes atomiques dont il parle, ce sont les propos qu’il tient depuis 2013 qui alimentent la haine et la division. Depuis cette date, je n’écoute plus radio canada. Merci encore monsieur Lincourt, même si je trouve ce mot de cinq lettres pas assez à la hauteur de votre écrit.
    Leila Lesbet

  24. Brigitte Boivin dit :

    Quel texte solide, qui nous fait un grand bien ! Michel-C Auger et Anne-Marie Dussault devraient le lire et le relire plusieurs fois !
    Merci beaucoup Monsieur Lincourt. Revenez-nous de temps en temps.

  25. Michel Boivin dit :

    Bravo M. Lincourt ! Merci de ce bon texte si bien appuyé. Citations et contre argumentations excellentes.

  26. René Carpentier dit :

    Merci pour ce texte et pour la réflexion qu’il nous suscite.

  27. julien landry dit :

    Un excellent texte de Michel Lincourt. Il y a des gens comme Michel Auger, dont le métier qu’ils exercent leur monte à la tête et ils se pensent le ciboire de la vérité absolue. Ils se pensent plus intelligents que 88% de la population, regroupé dans trois formations politiques et se servent de leurs tribunes médiatiques pour s’autoproclamer seuls détenteurs de la marche à suivre. Bravo monsieur Lincourt, et nous le peuple allons leur montrer à partir de maintenant qu’une majorité de 88% ça veut dire quelque chose. Nous allons surtout leur montrer que leurs épouvantails à moineaux, ils peuvent se les mettre là où ils en ont un semblable, s’il est encore utile.

  28. Rene TINAWI dit :

    Bravo M. Lincourt. Toutes mes félicitations et mes remerciements pour avoir pris le temps d’écrire cette magnifique réponse.

  29. Quelle superbe réplique. Bravo! Je diffuse.

  30. Roman Korol dit :

    Un article absolument percutant! Un grand merci pour vos pensées bien pondérées, Monsieur Lincourt!

  31. David Messier dit :

    Ouf, un gros merci de nous defendre si bien contre cette pseudo police de la pensée. La clique de radio cadenas qui sans aucun fondements intellectuels tentent de nous pousser “leur” vérité insidieuse du sacro-saint multiculturalisme Canadian en nous traitants constamment comme des attardés xénophobe la bave coulant au bord des lèvres. …. J’en ai vraiment marre d’avoir l’impression d’être dans le livre de 1984 et que le novlangue est celui des chiens de poche de l’état fédéral comme les Anne Marie Dusseault et Auger et autre pseudo intellectuelsur de tout acabi.

  32. Hélène Morin dit :

    Merci à vous, Michel Lincourt, pour une défense ferme de la laïcité.

  33. Luisa Miller dit :

    Michel C. Auger : multiculturiste à la solde de RePET pour faire les jobs de bras les plus viles. Si le film revient à l’affiche, les citoyens ne feront plus le dos rond.

  34. Noel Ferron dit :

    Un article intéressant qui a suscité une réflexion sur un projet de société à définir. Merci.

  35. Jacques Méthot dit :

    Le fait est que le tout est inconséquent. Je m’explique. Merveilleux texte de Monsieur Lincourt. Il énumère ce que les organes du régime canadian servent au Québec nation. Plusieurs commentaires soulignent que la recette dénoncée par Monsieur Lincourt s’applique à d’autres moments politiques. Ils sont pressés maintenant, les serviteurs du régime canadian. Nous nous sommes aperçus de leur manigances éternelles. Très tard mais tout de même. La conclusion saute aux yeux : boycottez-les! Depuis l’affaire du Bloc en février, il n’y a plus une minute de radio-cane à la maison. Je boycotte le Devoir depuis le même temps. La Presse n’a jamais existée dans la maison de mes parents. Je vis très bien avec l’Autre journal; l’Action Nationale; Vigile; radioinfocité. Laissez-les aboyer entre eux, ces mercenaires du régime canadian qui nous tue!

  36. yves corbeil dit :

    Merci M. Lincourt. Il fallait bien que quelqu’un de votre stature remette ce personnage médiatique à sa place et du coup portent tous ces autres qui mangent au même râtelier à peut-être reconsidérer leurs approches médiatiques. Je ne crois pas me tromper en disant que plusieurs de ces fédéralistes font déshonneur à leur profession en prenant position avec tellement de véhémence envers ceux qui ne partagent pas leurs opinions que cela en devient absurde et honteux pour la profession qu’ils, elles pratiquent.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *