Conférence: l’inconduite sexuelle au 21e siècle

Carte non disponible

Date / Heure
Date(s) - 05/12/2019
19 h 00 min - 21 h 00 min

Catégories


L’inconduite sexuelle : nouveau visage du moralisme sexuel occidental

Par Eve Seguin

« La campagne de dénonciation de l’inconduite sexuelle qui sévit depuis plusieurs années dans les sociétés occidentales est désormais institutionnalisée dans une pléthore de législations et de codes de conduite. De prime abord, cette campagne se présente comme une action visant à défendre les femmes des abus sexuels qu’elles subissent et à sanctionner les agresseurs. Toutefois, le discours de cette campagne est caractérisé par des glissements de sens, des sophismes, des vérités autoproclamées, et une inflation langagière, qui laissent entrevoir une réalité différente.

Ma première hypothèse est que nous avons plutôt affaire à un phénomène de néo-moralisme sexuel qui transforme le sexe en danger. Ma seconde hypothèse est que les vraies cibles de cette campagne ne sont pas les hommes, ce sont les femmes. Dans le moralisme sexuel traditionnel qui sous-tend les religions, le sexe est un péché et les femmes sont des tentatrices. Dans le néo-moralisme sécularisé, le sexe est un danger et même les femmes sont des prédatrices. On assiste ainsi à une ahurissante négation de l’oppression sexuelle des femmes. Bien que son effet le plus dévastateur s’exerce sur les femmes, la campagne contre l’inconduite sexuelle génère aussi une série d’impacts négatifs sur les milieux de travail, les libertés, l’institution universitaire, le mouvement féministe, la sociabilité, et l’Etat de droit.»

Mme Eve Seguin est professeure au département de science politique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Elle est titulaire d’un doctorat en sciences politiques et sociales de Birkbeck College, Université de Londres, Royaume-Uni. Elle donne des cours en sciences politiques et en sciences sociales sur les sciences et la technologie à l’UQAM. Ses recherches portent principalement sur les théories politiques de la science, le mobbing académique, l’organisation politique de la modernité, la politique des exoplanètes, le lien État/science/technologie et la pensée de Hannah Arendt, Harold Lasswell et Bruno Latour.

Où ? Au Centre humaniste, 1225 Est, boul. St-Joseph à Montréal

Quand ? Le 5 décembre 2019 à 19h

Entrée: 10$ (5$ pour les membres AHQ)

La conférence sera suivie d’une période de questions.

Places limitées: il est préférable de réserver à reservation@assohum.org

Le comité des conférences humanistes

Michel Virard, Michel Belley, Daniel Baril

 

 

 

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *