Se situer dans le temps

par Jan 21, 2024Articles de fond, humanisme, Québec humaniste0 commentaires

Loyla Leroux

Loyla Leroux

Membre du conseil d'administration de l'AHQ

Loyola Leroux a enseigné la philosophie pendant 36 années au Cégep de Saint-Jérôme; baccalauréat en philosophie (UQAM). Contributeur au "Huffington Post"

https://www.huffpost.com/archive/qc/entry/ville-sanctuaire-ou-le-retour-de-la-religion-en-ville_b_15082246

Ce texte propose une vision du monde, un survol du temps du point de vue religieux, culturel et scientifique.

Bref, nous sommes passés du géocentrisme, à l’héliocentrisme et à l’égocentrisme.

Un humaniste cherche à comprendre et à expliquer le monde dans lequel il vit. Il pose comme apriori cette affirmation de Protagoras :

« L’homme est la mesure de toute chose, de ceux qui sont comme ils sont et de ceux qui ne sont pas comme ils ne sont pas ».

Elle a été popularisée par Platon dans deux de ses dialogues le Théétète et le Cratyle. Cette expression signifie que l’humain est capable de faire la différence entre le vrai et le faux. Il peut aussi juger de la véridicité de l’existence des entités qui se présentent à lui comme l’existence ou la non-existence de dieu.

L’humaniste veut comprendre sa place dans l’univers. Après avoir reconnu l’importance de la philosophie et de sa 1ère partie, le raisonnement logique, dont les règles ont été établies par les Grecs et formalisées par Aristote, il aborde la 2e partie de la philosophie, la physique ou l’étude de la nature. Il veut comprendre l’évolution de l’univers.

La conception scientifique de l’univers a été élaborée par les Grecs de l’Antiquité comme Ératosthène et Ptolémée. Elle revient et se développe à la Renaissance par Copernic, Kepler, Tycho Brahe, Descartes, Galilée et Newton. C’est celle que ce texte présente.

La vision du monde et de la culture des religions.

Mais avant il faut se rappeler la conception religieuse, qui a dominé jusqu’à la période de la Modernité qui débuta vers 1600 et qui guide encore aujourd’hui, les grandes religions monothéistes. En 2023, les Juifs vivent en 5783. Ils suivent leur calendrier qui est basé sur dans le livre de la Genèse. Ils sont arrivés à ce chiffre en attribuant un âge à chaque personnage de la Bible. Les chrétiens sont 6027. L’archevêque James Ussher a calculé que la date exacte de la création de l’univers se situe « dans la nuit précédant le dimanche (samedi?) 23 octobre 4004 avant Jésus-Christ (dans le calendrier julien). « Le calendrier musulman débute au VIIe siècle.

Géocentrisme et héliocentrisme. Les trois grandes religions se basent sur leur texte sacré révélé ou dicté par leur dieu. Les Juifs et les Musulmans affirment encore en 2023, que le soleil tourne autour de la terre. Seule la religion catholique a admis du bout des lèvres en 1989 que l’affaire Galilée, le refus de l’héliocentrisme était compréhensible à l’époque mais discutable de nos jours.

Darwinisme et sélection naturelle. Les trois religions monothéistes ne reconnaissent pas les conclusions des travaux de Darwin. Il faut se rappeler les « Procès de singe » populaire aux États-Unis dans les années 1930. Les Inuits du Nord du Québec interdisant encore aux enseignants de parler de Darwin en classe.

Freud et l’inconscient. Dans ce domaine, les religions ne s’accordent pas avec les progrès de la science. Reconnaître l’existence de l’inconscient règlerait une grande partie du problème de la pédophilie qui existe chez les catholiques et moins chez les anglicans. Allez savoir pourquoi !

La vision du monde égocentriste est, par exemple, l’apanage de Xavier Dolan. Elle se concentre dans le sous-sol d’un bungalow de banlieue à Laval. Son héroïne principale est une prof de littérature du Cégep. Son imaginaire est très limité.

Après avoir présenté un état de la situation, passons aux choses sérieuses.

La vision du monde et du temps par la culture.

De toutes les cultures humaines, certaines ont marqué notre monde plus que d’autres. Il faut commencer par les Sumériens et les Égyptiens, mais nous les connaissons peu, tout comme pour celle d’Amérique du Sud. La 1ère grande civilisation, « le Miracle grec » nous a donné notre alphabet, le vocabulaire de base de toutes les sciences et des humanités. Le Parthénon, construit par Périclès est le symbole de la culture, choisi par l’UNESCO, après deux millénaires et demi. La civilisation romaine a suivi. Elle nous a donné des routes, des aqueducs et le langage du quotidien et le droit. La 3e débute avec un retour de l’Antiquité après 1000 ans d’absence en Occident. Elle nous donne la Renaissance italienne avec Laurent le Magnifique et Léonard de Vinci.

La 4e

Un bref rappel de la vision humaniste et scientifique du temps.

« La durée historique. L’histoire est le développement dans le temps, des sociétés humaines. Mais ce temps dépasse infiniment les durées que connait l’individu, dont il a l’expérience directe. L’histoire ne peut avoir de sens pour un esprit qui ne possède pas une certaine représentation de cette durée historique ; un bon esprit est, notamment, un esprit qui la possède. » Émile Durkheim « Éducation et sociologie ».

- avant c’est l’inconnu pour la science … pour le moment…

–13,8 milliards d'années : L'ÉVOLUTION NUCLÉAIRE étudiée par l'astrophysique. Durée : environ quelques minutes. Des particules aux atomes. Dans le brasier initial le Big Bang. Les étoiles naissent.

–12 milliards d'années : L'ÉVOLUTION CHIMIQUE. Dans l'océan terrestre primitif. Des atomes aux molécules simples. Dans l'espace interstellaire.

–3,5 milliards d'années : L'ÉVOLUTION BIOLOGIQUE. Dans l'océan et sur terre. Des molécules organiques aux cellules, aux plantes et aux animaux : poissons, amphibiens vers 600 millions, reptiles : dinosaures : 180 à 60 millions, les mammifères : 37 millions : les 1er singes.

–3 millions : début de L'ÉVOLUTION ANTHROPOLO[1]GIQUE. Les mammifères 1,2 mètres : Lucy. Les sociétés sans écriture, le nomadisme, le matriarcat. 40 000 : homo sapiens sapiens, dont descendent tous les humains actuels. Source : Hubert Reeves, « Patience dans l’azur. »

Traditionnellement, cette période est nommée la Préhistoire.

–10 000 à –3 000 : la PROTOHISTOIRE. Apparition de l'agriculture, l'élevage, la sédentarisation, des religions, de l'artisanat, des techniques, de la propriété privée, du patriarcat et de l’écriture.

–3 000 à nos jours : L'HISTOIRE. Partie de la vie de l'humanité connue par ses documents. Les premières grandes civilisations urbaines, se sont développées autour des grands fleuves : le Nil, le Tigre et l’Euphrate, l’Indus, le fleuve Jaune, le Saint-Laurent…

–3 000 à + 476 La première période de l'Histoire : L'ANTIQUITÉ ou l'histoire ancienne. Cette période correspond aux plus anciennes civilisations : Sumer, Chine, Inde, Égypte, Grèce, Rome. Elles sont fondées sur l'esclavage.

–3 200 : Sumer L'histoire commence à Sumer de Kramer, invention de l'écriture (cunéiforme), « L’épopée de Gilgamesh » premier livre écrit.

–2 850 : Égypte. 1200 : Ramsès II. Une des plus grandes figures constructrices des pyramides.

–1 728 : Babylone : le 1er code de droit écrit, celui d'Hammourabi.

–1 200 : La GRÈCE mythique. 800 : Homère : Iliade, l'Odyssée. Hésiode : Les travaux et les jours.

–776 : Les premières célébrations officielles historiques des Jeux olympiques.

–700 : Apparition de la philosophie : Thalès, Anaximandre, Pythagore, Parménide, Héraclite.

–556-480 : Bouddha ou l'Éveillé.

-555-479 : Confucius ou Maître Kong : Les Entretiens.

–507 : Clisthène dote Athènes d'institutions démocratiques. Solon, Périclès, Dracon et ses lois.

–490 : La Bataille de Marathon. 1re victoire grecque sur les Perses.

–480 : Léonidas et ses 300 Spartiates : « Étranger, va dire à Lacédémone, que nous gisons ici par obéissance à ses lois. »

–470-399 : Socrate, Connais-toi toi-même, Nul n'est méchant volontairement.

428-348 : Platon, 387 : il fonde l'Académie. Allégorie de la caverne, théorie des Idées, réminiscence, amour platonique, âme éternelle, philosophe dirigeant, démocratie, mythe d'Er.

–385-322 : Aristote, les péripatéticiens.

-335 : Il fonde le Lycée. L'eudémonisme, la logique, l'homme est un animal politique, la réalité empirique, l’amitié, la démocratie.

–356-323 : Alexandre le Grand franchit l'Indus avec son armée en 326.

753 : Fondation de ROME par Romulus et Rémus nourris par une louve selon la légende.

–101-44 : César. Il possède trois génies : militaire, politique et littéraire. La guerre des Gaules. Juillet.

–63 +14 : Auguste devient le 1er empereur. Les successeurs reprendront son nom, le mois d'août

  • 0 : Début de la révolution chrétienne. Tous les humains sont égaux devant Dieu. La charité.
  • 96-192 : Apogée de l'Empire romain, la Pax Romana. Hadrien, Antonin, Marc-Aurèle le stoïcien.
  • 313 : Constantin reconnait le christianisme comme religion d'État de l’Empire romain.
  • 354-430 : Saint Augustin, les Confessions. Il influença la Renaissance.
  • 476 : Chute de l'Empire romain d'Occident. La culture antique se perpétue à Constantinople.

476-1453 : Le MOYEN-ÂGE. C'est une forme d'organisation politique et sociale médiévale caractérisée par l'existence de fiefs et seigneuries. La souveraineté est morcelée, elle échappe au pouvoir central, elle est dispersée. La première université, Bologne. La féodalité.

  • 570-632 : Mahomet ou Muhammad. Il est le fondateur de la religion musulmane.
  • 712-814 : Charlemagne, empereur d'Occident et roi des Francs.
  • 1096 : 1ère Croisade (de 8). Les Chevaliers d'Occident libèrent le tombeau du Christ à Jérusalem.
  • 1215 : La Grande Charte (Magna Carta), le Roi d'Angleterre reconnait des droits aux seigneurs.
  • 1453 : Chute de Constantinople et de l'Empire romain d'Orient ou empire byzantin. L'Église catholique romaine est la principale héritière de l'Empire romain. François 1er est le 266e pape.

1200 à 1550 : la RENAISSANCE. Faire renaître les va[1]leurs et l'art de l'Antiquité classique : Grèce et Rome. C'est un essor intellectuel qui débute en Europe au 13e siècle à Venise, basé sur l'humanisme, ce qui entraîne une libéralisation des esprits.

1400-1468 : Gutenberg. 1454 : Il imprime un premier livre, la Bible.

1473-1543 : Copernic ; Kepler ; Galilée et Newton.

1492 : La découverte de l'Amérique.

Note : 1. J’ai certainement oublié des dates importantes. Faites-le-moi savoir.

  1. SVP, ne vous enfargez pas dans les fleurs du tapis en pratiquant l’épistémologie féministe qui consiste à pointer le petit défaut aux dépens de l’ensemble. Devant un lingot d’or pur à 99,9 %, elle mettra l’emphase sur le 0.01 %... Un exemple : les Français font commencer la période contemporaine avec la Révolution française.
  2. Je n’ai pas le gout de m’obstiner. Avant de pointer l’absence d’une virgule, d’identifier une « chiure de mouche » comme les nomme Foglia ou de vous enfarger dans les fleurs du tapis, prononcez-vous sur l’ensemble du texte. Nous ne sommes pas sur Facebook…

Bibliographie brève des livres qui donnent une vue d’ensemble sur le temps : Note : il faut lire et accepter que l’on ne comprenne pas tout à la première lecture. Il ne faut pas craindre de consulter le dictionnaire et de lire le mot qui précède et qui suit celui recherché. Et plus on lit, plus on découvre que l’on comprend. Contrairement à la révélation religieuse, le savoir scientifique se construit.

- Les Dictionnaires Robert 1 et 2

- l’Encyclopédie Universalis

- Wikipédia

  1. Lecture obligatoire pour tout humaniste. Quand la science dérape. HUXLEY, Aldous, « Le meilleur des mondes ». Plon, 1932, 319 pages. Selon Wikipédia, le roman figure à la 5 e place dans la liste des cent meilleurs romans de langue anglaise du XXe siècle établie par la Modern Library en 1983. Il a été adapté à la télévision en 1980, 1998 et en 2020.

Par définition, les essais traitent d’un problème d’actualité. Contrairement, au roman qui peut toucher à l’universel, comme « Les misérables » de Victor Hugo, l’essai devient rarement un classique. Celui de Huxley a été écrit en 1932 et il est toujours d’actualité. Une preuve, le soma, une pilule qui fait tout oublier. Elle est distribuée après le travail pour que les ouvriers s’évadent après un labeur abrutissant. N’est-ce pas le cas au Canada avec la vente légale de la marihuana ! La valeur fondamentale d’un monde meilleur est la stabilité ou la paix sociale. Le contraire est la guerre civile. Pour ce faire chacun doit être à sa place. Il n’y a pas de sot métier.

Les livres. Tous les livres anciens sont bannis. Toute trace est effacée. Seuls les livres écrits selon l’idéologie officielle sont autorisés. N’est-ce pas le cas au Québec actuellement, avec la littérature jeunesse qui constitue des lectures obligatoires dans les écoles et les bibliothèques municipales ! Ces institutions excluent toute la littérature classique destinée à la jeunesse, en commençant par les livres les plus lus au monde et en Russie, ceux de Jules Verne et tous ceux analysés par Bruno Bettelheim dans son essai « Psychanalyse des contes de fées, Robert Laffont éd., Paris, (1976) rééd.1999. Il insiste sur l’importance de faire lire aux enfants les grands textes comme « Le petit chaperon rouge », etc. Ces contes forment l’imaginaire.

  1. Les livres qui se lisent comme des romans. Ils sont faciles.

ACZEL, Amir D. « Le carnet secret de Descartes », JC Lattès, 2007, 334 pages. Dans l’esprit du Code Da Vinci, l’auteur nous fait suivre la carrière de Descartes, sa rencontre avec Kepler et avec les autres grands savants de l’époque. Un code secret se cache dans son œuvre. Descartes craint la réaction de l’église. Écrit par un journaliste, très facile à comprendre.

BOORSTIN Daniel, « Les découvreurs. L’aventure de ces hommes qui inventèrent le monde. » Bouquins, Robert Laffont, 1986, 697 pages. C’est un livre très vivant, facile à lire et captivant. La mesure des heures, l’invention de la semaine, la terre plate, les Pour les gens curieux.

BOUCHER Claude, « Une brève histoire des idées de Galilée à Einstein. » Fides, 2008, 291 pages. Écrit par un Québécois cette belle histoire explique simplement les idées de Galilée, Harvey, Pascal, Darwin, Freud et Einstein. C’est un livre de vulgarisation qui démontre que les idées nouvelles ne sont jamais bien perçues par la société.

BRYSON, Bill, « Une histoire de tout, ou presque… », Payot, Sciences, 2011, 651 pages avec bibliographie surtout en anglais. Ce livre explique le « privilège blanc » tant critiqué par les wokes. Il décrit les efforts surhumains réalisés par des naturalistes, les scientifiques du XVIIe au XIXe siècle, pour mesurer l’univers, la terre, creuser comme des géologues et classifier les plantes.

HARRISON Robert, Forêts, « Essai sur l'imaginaire occidental » Champs, Flammarion, 1992, 402 pages. Traduit en 4 langues. Harrison nous présente Gilgamesh, Dionysos, Robin des Bois, Dante, Shakespeare, Rousseau, les Lumières, et plusieurs autres grands peuples et penseurs occidentaux avec comme fil d'Ariane, la forêt. C’est un beau livre qui développe la culture générale.

KOESTLER Arthur « Les somnambules ». Génie et folie de l'homme, Calmann-Lévy, 1960. Copernic, le premier savant à la sortie du Moyen-Âge, Kepler, Brahe, Galilée et Newton avançaient comme des somnambules à la recherche de la vérité. Ce livre se lit comme un roman et nous introduit à l'histoire de la Renaissance et de la période moderne. C’est l’histoire de la science en Occident.

KRAMER Samuel Noah, « L’histoire commence à Sumer », Flammarion, 1994, 316 pages. La première civilisation apparue vers 3000 avant Jésus-Christ se nomme Sumer. Elle était située dans l’Iraq actuel. Ce n’est qu’à partir de 1950 que les archéologues ont commencé à découvrir les Sumériens.

LÉVY-BRUHL, Lucien « La mentalité primitive » Flammarion, Champs, 2010, 658 pages. Ce livre écrit en 1922, ne s’enfarge pas dans les fleurs de la rectitude politique : Woke s’abstenir. La première phrase de la Présentation : « Voici un ouvrage dont le titre condamne d’emblée la réédition ! … Si l’on veut le relire aujourd’hui, il faudrait peut-être réintituler ce livre Les pouvoirs de l’invisible. » Les auteurs d’Ébène et d’Agaguk disent la même chose.

NEEDHAM Joseph, La science chinoise et l’Occident », Point, Seuil, 1973, 253 pages. Needham est un biochimiste qui a passé une bonne partie de sa vie en Chine. Il nous présente six articles ou conférences faciles à lire, qui nous expliquent ce que la Chine a apporté à l’Occident : l’imprimerie, la boussole magnétique, le harnais adapté au cheval, l’étrier à pied, la poudre à canon, la fonte, l’horlogerie mécanique, les écluses sur les canaux, l’étambot de poupe, la suspension Cardan, etc.

REEVES Hubert, « Patience dans l’azur, » Seuil, 1982. SORMAN, Guy, « Les vrais penseurs de notre temps », Fayard, 1989, 410 pages. (Sorman est un journaliste qui a rencontré les penseurs et a discuté avec eux. Des textes courts et faciles à lire).

Sagan, Carl, « Le Big Bang, une évidence. »

Lovelock, James, « La Terre est un être vivant ».

Prigogine, Ilya, « L’ordre est né du chaos. »

Gould, Stephen Jay, « L’homme ne descend pas du singe, il est son cousin. »

Et 25 autres grands penseurs.

C : Des livres qui nécessitent une culture générale de base et une certaine érudition dans l’esprit du gentilhomme.

COSANDEY, David, « Le secret de l’Occident. Vers une théorie générale du progrès scientifique, » Champs Flammarion, 2007, 864 pages. Avec bibliographie sélective et index. (Il explique la théorie méreuporique et l’hypothèse thalassographique. Pourquoi la science est-elle née en Europe ?

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *