Michel Virard

Michel Virard

Président de l'AHQ

Michel Virard est un des fondateurs de l’AHQ en 2005 avec Bernard Cloutier et Normand Baillargeon. Ingénieur et entrepreneur, il a également été administrateur des Sceptiques du Québec. il est depuis les tout débuts l’une des âmes dirigeantes de l’AHQ. 

(English) Aimeriez-vous être condamné à mort simplement parce que vous avez quitté la religion qu’on vous a imposé durant votre enfance ? Où simplement parce que vous avez émis des doutes sur les motifs d’un prophète ? Non, bien sûr, pour un Canadian, être libre-penseur, humaniste séculier, athée ou agnostique ne pose généralement pas de grave problème. Ce n’est malheureusement pas le cas de plusieurs pays où changer de religion, ou n’en avoir aucune, est un crime passible de la peine de mort, soit officiellement, soit plus simplement en fermant les yeux sur les lynchages de soi-disant « blasphémateurs » par des hordes de fanatiques religieux. Les journaux de ces pays font régulièrement état de ces meurtres publics mais les pays occidentaux ferment les yeux sur ces abominations.

Voici un exemple de ce qui attend quelqu’un qui est jugé « blasphémateur » par une foule fanatisée: le 3 décembre 2021, au Pakistan, un ingénieur, directeur d’une usine textile, Priyantha Kumara a été torturé puis brûlé à mort. Ce n’est que le dernier d’une longue série.

En Afghanistan, l’effondrement du gouvernement Afghan a eu, entre autres, pour résultat de laisser libre cours à la chasse aux apostats. Un de ceux-ci a fui au Pakistan avec sa femme. Appelons-les FT (Free Thinker) et ZS.

FT est un jeune homme Afghan particulièrement ouvert sur le monde. Malgré une éducation dans une madrasa, il a littéralement décidé de s’acheter une véritable éducation supérieure. Pour cela il s’est improvisé entrepreneur de travaux publics dans sa province natale et, au bout de quelques années il a accumulé assez d’argent pour entrer dans une université anglaise et obtenir un diplôme en gestion. De retour en Afghanistan, il a eu le malheur d’être dénoncé comme «apostat», ce qui, pour les Islamistes est une forme de «blasphème» et est donc un affront que seule la mort peut laver! Cinq responsables musulmans ont dûment émis non pas une fatwa, mais deux fatwas. Je les ai vues, ainsi que leurs traductions du pashtoun à l’anglais, certifiées par une entreprise anglaise tierce, entreprise habilitée à certifier les traductions de documents officiels.

La première fatwa s’adresse à la famille du blasphémateur pour lui imposer de couper tout lien avec lui et de le déshériter. La seconde s’adresse collectivement à tous les Musulmans et déclare que la sentence coranique de la peine de mort est désormais applicable au malheureux. Inutile de préciser que, depuis, FT et ZS vivent la peur au ventre. L’arrivée des Talibans au pouvoir à l’été 2021 a été l’élément déclencheur de leur fuite au seul pays qui leur était accessible en novembre 2021 : le Pakistan! C’est peut-être moins pire que l’Afghanistan des Talibans mais, comme on l’a vu plus haut, c’est loin d’être le pays rêvé pour une victime de fatwa.

Il faut que FT & ZS sortent du Pakistan aussitôt que possible. FT parle couramment anglais, ZS parle couramment français et ils veulent émigrer dans un pays occidental sûr. Nous sommes la seule organisation humaniste occidentale qui ait répondu à leur appel (les autres, tel Humanist International, sont submergées de demandes provenant de l’Afghanistan : elles considèrent ces dernières comme prioritaires). À l’AHQ nous considérons qu’il est de notre devoir de sauver la vie de FT dont le seul crime est d’avoir émis des doutes sur le Coran. FT et ZS veulent venir au Canada et, depuis six semaines, nos échanges avec FT nous ont convaincu de leur sincérité.

Pour cela il nous faut suffisamment d’argent pour entreprendre les requêtes en immigration, en particulier la procédure rapide en cas de persécution religieuse. Nous saurons alors si le gouvernement fédéral était sincère lorsqu’il a créé cette procédure «rapide» pour les réfugiés persécutés pour motif religieux. D’autre part il nous faudra «parrainer» ce couple pour assurer leur installation au Canada. Le gouvernement demande aux parrains de garantir un an de soutien.

J’ai posé la question à un groupe de nos membres : devons-nous aider ce couple à immigrer au Canada ? La réponse a été bien résumée par l’un d’entre eux : «Si je ne fais rien et qu’il arrive malheur à FT et ZS, je ne sais pas comment je vais pouvoir me regarder dans le miroir, le matin suivant, en me rasant.»

Et vous, comment vous sentiriez-vous ? Les Humanistes du Québec savent qu’ils peuvent compter sur vous.

Michel Virard, président

Association humaniste du Québec (depuis 2005).

Pour sauver FT et ZS, allez sur GoFundMe ici :

https://gofund.me/89a2dadb

 

 

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code