Les bonnes explications doivent-elles être vraies ?

par Avr 17, 2020Québec humaniste0 commentaires

Sarah-Marie Durr

NDLR Humanist Canada et l’Association humaniste du Québec ont eu le plaisir de récemment commanditer un concours de dissertation destiné à encourager les étudiants dans leurs études et leur permettre d’approfondir leurs connaissances de l’humanisme moderne. Les textes pouvaient être soumis en français ou en anglais. En plus d’une bourse monétaire, l’AHQ offrait la publication éventuelle du texte gagnant dans la revue de l’Association humaniste du Québec, Québec humaniste.

Ce concours était destiné à promouvoir la pensée critique et les talents de communication, des valeurs chères aux humanistes. L’humanisme séculier est une philosophie qui encourage le recours à la science, à la raison et à la pensée critique quand il s’agit de définir des objectifs et de rechercher des solutions. Elle affirme la dignité et la valeur intrinsèque de l’être humain et soutient qu’une éthique fondée sur la vérité, l’équité et la compassion sont des principes incontournables qui devraient guider chacune de nos décisions si nous désirons un monde meilleur. Nous sommes encouragés par le nombre croissant de jeunes qui découvrent dans l’humanisme séculier leur vision du monde. Un comité de bénévoles de l’Association humaniste du Québec a supervisé le concours en français. L’Association humaniste du Québec conserve les droits de reproduction des oeuvres gagnantes. La lauréate du prix Humanist Canada/Association humaniste du Québec en 2019 pour la meilleure dissertation en langue française (3e prix au Canada) est Sarah-Marie Durr, une écolière de la ville
de Regina en Saskatchewan. Félicitations Sarah-Marie ! Voici le texte de Sarah.

Les explications ont pour but de simplifier la connaissance en reliant deux événements par une justification. Pour qu’une explication soit bonne, elle doit être convaincante ou persuasive. Cela ne signifie pas que l’argument est nécessairement vrai ou valide, mais simplement qu’il est facilement accepté. Vrai signifie que quelque chose est universel, rejetant ainsi le concept postmoderniste de vérités individuelles. Puisque la vérité est universelle,elle doit être fidèle à quelque chose que tout le monde peut vivre, comme le monde physique. Ainsi, ce qui est réel est ce qui est vrai. Les mathématiques et les sciences humaines sont des domaines de la connaissance qui ne sont pas nécessairement basés sur le monde réel. Ils peuvent s’appuyer sur le monde réel pour tenter d’expliquer des phénomènes, mais l’explication ellemême est indépendante du monde, car elle peut exister sans preuve physique. De bonnes explications existent en mathématiques et en sciences humaines, mais elles ne sont pas vraies. Ces explications sont indépendantes du monde réel, elles ne peuvent donc pas être prouvées vraies.

Certains seraient en désaccord et soutiendraient que les mathématiques et les sciences humaines peuvent avoir de bonnes explications, car elles peuvent être vérifiées dans le monde réel. Certains pourraient soutenir que les ingénieurs sont en réalité des mathématiciens du monde physique qui transforment les mathématiques théoriques en mathématiques appliquées. Le centre de gravité d’un objet peut être décrit en termes mathématiques ou dans une formule simple. L’opposition soutiendrait que cette formule est une bonne explication, car elle est prouvée dans le monde réel. Par exemple, la tour penchée de Pise doit encore tomber car une ligne tirée de son centre de gravité jusqu’au sol se trouve toujours à la base de la tour (Woodford). Ainsi, la tour penchée de Pise prouve l’interprétation mathématique du centre de gravité parce qu’elle se trouve dans le monde réel — ce qui correspond à cette définition du vrai.

La vue présentée tente de faire ressembler les mathématiques aux sciences naturelles en disant qu’elles sont basées sur des a posteriori connaissances: des connaissances tirées de l’expérience ou de l’observation (Baehr). Les sciences naturelles sont basées sur des a posteriori connaissances, des expériences qui sont effectuées dans le monde réel pour trouver un modèle, mais ce n’est pas le cas pour les mathématiques. Si Math était basé sur a posteriori connaissance, l’explication du centre de gravité ne serait pas vraie si, à un moment quelconque, un objet tombait, alors que son centre de gravité était encore à sa base. Alors devrions-nous attendre autour de chaque objet existant et vérifier comment il tombe? Non, parce que ce n’est pas la nature des mathématiques — elles sont indépendantes du monde physique et peuvent exister sans exemples physiques.

La vue présentée tente de faire ressembler les mathématiques aux sciences naturelles en disant qu’elles sont basées sur des a posteriori connaissances: des connaissances tirées de l’expérience ou de l’observation (Baehr). Les sciences naturelles sont basées sur des a posteriori connaissances, des expériences qui sont effectuées dans le monde réel pour trouver un modèle, mais ce n’est pas le cas pour les mathématiques. Si Math était basé sur a posteriori connaissance, l’explication du centre de gravité ne serait pas vraie si, à un moment quelconque, un objet tombait, alors que son centre de gravité était encore à sa base. Alors devrions-nous attendre autour de chaque objet existant et vérifier comment il tombe? Non, parce que ce n’est pas la nature des mathématiques — elles sont indépendantes du monde physique et peuvent exister sans exemples physiques. Les mathématiques sont basées sur a priori connaissances: des connaissances dérivées sans expérience mais à travers la logique et le raisonnement (Baehr).

Dire que la tour de Pise est la cause de la vérité de la formule mathématique est une erreur de cause fausse: elle a confondu causalité et résultat. Au-delà des bâtiments simples, il n’y a aucun moyen de prouver des égalités mathématiques telles que 2 + 2 = 4 dans le monde réel. Dans les écoles élémentaires, les élèves peuvent compter des boutons pour apprendre l’addition. Pourtant, mettre ensemble deux ensembles de deux boutons ne prouve pas que 2 + 2 = 4. Pour le prouver, un enseignant devrait rassembler deux séries de deux pour chaque objet existant et assurer tous les ensembles totalisés à quatre — une tâche impossible. C’est l’approche expérimentale que les scientifiques adoptent pour expliquer les phénomènes, et non les mathématiciens. Les mathématiciens prouvent les égalités en écrivant des preuves générales toujours vraies, quelles que soient les circonstances, comme l’équation décrivant le centre de gravité. Le problème sous-jacent à l’affirmation que les mathématiques ont de bonnes explications, car elles peuvent être vérifiées dans le monde réel, c’est qu’elles supposent que la connaissance mathématique est a posteriori connaissance alors qu’elle ne l’est pas.

Une demande reconventionnelle pour les sciences humaines serait que de bonnes explications existent car elles se sont révélées vraies dans le monde réel. Par exemple, les économistes ont leurs propres théories sur les fluctuations du marché boursier et ils le prouvent en investissant de l’argent et en réalisant des bénéfices. Warren Buffett, utilisant sa propre théorie économique, avait parié qu’un fonds indiciel surclasserait un fonds spéculatif, et dix ans plus tard, il avait raison (Price). La demande reconventionnelle est qu’il existe des tendances tangibles qui peuvent être expliquées dans les sciences humaines et qui peuvent être prouvées vraies dans le monde réel.

Cette perspective fait l’erreur de supposer que les sciences humaines sont similaires aux sciences naturelles. Les sciences humaines et naturelles acquièrent toutes deux des connaissances par a posteriori, contrairement aux mathématiques. Cependant, les sciences naturelles mènent des expériences en contrôlant toutes les variables sauf celles qu’elles mesurent. Les sciences humaines ne peuvent pas reproduire cette certitude, ces «expériences» ne sont pas contrôlées. Investir dans un fonds indiciel sous forme de Buffett n’était pas un système fermé: on ne peut pas dire avec certitude pourquoi le fonds indiciel a surperformé le fonds de couverture. Buffett pourrait réinvestir et perdre le pari parce que les conditions économiques du monde ont changé. Les lois ou tendances en sciences humaines ne peuvent être acceptées avec le même degré de certitude que les sciences naturelles; ce qui implique que rien ne peut être prouvé vrai avec le même degré de certitude pour les sciences humaines.

La connaissance en mathématiques est produite par l’utilisation de la logique; c’est au-delà du monde réel et une manière abstraite de savoir. En utilisant la logique, un argument peut être vrai et/ou valide. La vérité d’un argument est une qualité que possède le principe, qu’il soit réel ou non (Suber). La validité est caractéristique des arguments, que la conclusion suive ou non la prémisse (Suber). Les mathématiques sont basées sur un ensemble défini d’axiomes, ce sont des vérités sans justification, elles doivent être acceptées pour que toute connaissance soit produite. Parce que les mathématiques ne peuvent pas être prouvées dans le monde réel, les explications ne peuvent pas être prouvées vraies; mais on peut dire qu’elles sont valides. Il existe de bonnes explications en mathématiques car la logique est un argument persuasif.

La logique dans les sciences humaines est plus nuancée, elle n’est pas aussi clairement définie que les mathématiques. Les sciences humaines étant basées sur a posteriori différentes des mathématiques, il est donc plus difficile de décider si la prémisse donnée est vraie ou non. Il n’y a pas d’axiomes qui le définissent, ainsi, dans les sciences humaines les modèles sont trouvés et utilisés comme prémisses. Par exemple, l’économiste William Phillips a constaté une corrélation négative entre la hausse du chômage et l’inflation (Ng et al.). Le gouvernement britannique a contrôlé le taux d’inflation, mais le chômage a encore augmenté. Cette observation ne rend pas l’argument de Phillips faux — les expériences en sciences humaines sont difficiles à contrôler, la relation entre inflation et chômage n’a pas été réfutée avec certitude. Néanmoins, la logique utilisée dans l’explication de Phillips est valide. Pour le définir sous forme syllogistique: « Si l’inflation augmente, le chômage diminuera. L’inflation est artificiellement augmentée. Par conséquent, le chômage diminuera. » Son explication était toujours bonne parce qu’elle était persuasive. Tout comme les explications mathématiques, la courbe de Phillips est basée sur une logique valable, une forme de preuve persuasive.

Cependant, la logique est un moyen précieux de savoir, mais pas toujours le plus convaincant. En prenant des décisions, les émotions peuvent être plus persuasives que la logique, surtout quand il n’y a pas de règles strictement définies. Par exemple, après les Jeux olympiques, il peut être difficile de décider avec certitude quel pays sera le vainqueur. Pour choisir le pays gagnant, un critère doit être choisi, puis chaque pays est évalué pour déterminer qui correspond le mieux à ce critère. Le pays qui a remporté le plus de médailles d’or peut être différent de celui qui a remporté le plus de médailles. La logique est utilisée pour déterminer un gagnant uniquement après la détermination d’un critère. Comment sont déterminés les critères? L’émotion joue ici un rôle plus important que la logique. On choisira un critère qui correspond le plus à sa propre perception du gagnant. Peutêtre le nombre total de médailles détermine-t-il le pays gagnant — un critère choisi parce que l’arrondissement est valorisé. Une personne d’un autre milieu peut choisir le nombre de médailles d’or parce qu’elle valorise l’excellence avant son arrondissement

Les mathématiques et les sciences humaines peuvent fournir de bonnes explications, même s’il est impossible de prouver leur véracité dans le monde réel. Argumenter sur le fait que les mathématiques et les sciences humaines peuvent être prouvées dans le monde réel revient à dire qu’elles sont similaires aux sciences naturelles, ce qui est faux. Les mathématiques reposent sur des connaissances a priori et non a posteriori et les expériences en sciences humaines ne sont jamais totalement contrôlées. Au contraire, de bonnes explications peuvent exister du fait de l’universalité de la logique et non parce qu’elles peuvent être prouvées vraies.

Bibliographie

Baehr, Jason. «A Priori And A Posteriori”. Iep.Uim.Edu, https:// www.iep.utm.edu/apriori/.

Ng, Michael et al. «The Hutchins Center Explains: The Phillips Curve». Brookings, 2018, https://www.brookings.edu/blog/up-front/2018/08/21/thehutchins-center-explains-the-phillips-curve/.

Price, Emily. ”Warren Buffett Just Won A $1 Million Bet”. Fortune, 2017, http://fortune.com/2017/12/30/warren-buffett-milliondollar-bet/

Suber, Peter. Truth Of Statements, Validity Of Reasoning. https://legacy.earlham.edu/~peters/courses/log/tru-val.htm. Woodford, Chris. ”Center Of Gravity». Expiain That Stuff, 2018, https://www.explainthatstuff.com/center-of-gravity.html.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code