Nouveau vidéo – Normand Rousseau – La Bible immorale 4e partie

Nouveau vidéo – Normand Rousseau – La Bible immorale 4e partie

La Bible immorale.

Saviez-vous que Moïse a fait une loi qui justifie 68 motifs pour lapider quelqu’un jusqu’à ce que mort s’ensuive? Cette loi n’est plus observée par les juifs et les chrétiens qui renient ainsi la révélation en laquelle ils croient. Les musulmans seuls lapident encore. Moïse a commis 61 génocides contre les peuples Madians et Amalécites. Josué a commis 31 génocides contre les Cananéens. Yahvé lui-même commet un immense génocide avec le déluge. David commet des dizaines de meurtres. Élie égorge de ses propres mains 450 prêtres de Baal et fait brûler 100 envoyés du roi. Élisée fait dévorer 42 enfants par des ours. Les psaumes sont remplis de haine envers les nations. Yahvé s’en prend à Job, un juste. Avec la complicité de Satan, il tue ses serviteurs et ses enfants.

Normand Rousseau se penche sur les versets bibliques que les chrétiens préfèrent ignorer.

Partie 4 – Cette partie traite de Salomon, Saül, Élie, Élisée, Job, Esther, Josué.

Partie 3 – Les crimes du roi David

Partie 2 – L’épopée sanglante de Moïse

Première partie

Cette première partie examine la morale biblique d’Adam et Ève à Abraham.

Pour ceux d’entre vous qui aimeraient approfondir le sujet par eux-mêmes, vous pouvez vous procurer l’ouvrage de monsieur Rousseau sur Amazon en cliquant sur la couverture ci-dessous. 

 

 

4 réponsesà “Nouveau vidéo – Normand Rousseau – La Bible immorale 4e partie”

  1. Richard Rousseau dit :

    Normand Rousseau dans son livre « Monsieur Jésus » nous révèle avec beaucoup de brio tous les mensonges de la Bible. Dans un second livre, « La Bible immorale », il nous révèle une triste réalité. La Bible est immorale à souhait, parce qu’elle nous révèle l’esclavage, les génocides, les massacres religieux et la misogynie. Sur ce point, il n’y a aucun doute. Presque à chaque page on y trouve meurtres, génocides, violence, etc., ce qui n’est pas surprenant. Ce livre est le reflet d’une époque, l’époque où le peuple juif subit de nombreuses guerres, persécutions, déportations, massacres, invasions (perse, grecque et romaine) et destructions. N’étant pas guerriers, plutôt que se battre avec courage, honneur et détermination, ils se sont tournés vers la solution facile, vers la création de divinités pour qu’elles leur viennent en aide. C’était la grande mode à l’époque. Les prophètes communiquaient directement avec les divinités et toutes les conversations ont été compilées dans un livre nommé la Bible. Elles leur promettaient Messies, sauveurs et Terre promise. Rappelons que ce livre est un ultime message d’espoir (le mot « évangile » est d’origine grecque et veut dire « bonne nouvelle ») pour un royaume de paix, de richesses et de nourriture, celui de Dieu, à la fin des temps. (Marc 1, 15) Quoi de mieux pour une population en quête d’espoir de jours meilleurs? Finalement, que ce soit Yahvé, Dieu ou Allah, toutes ces divinités n’ont jamais tenu parole. Aucun Messie n’est venu sauver ce peuple de ses souffrances.

    Dans la deuxième vidéo sur la Bible immorale, Normand Rousseau rejette du revers de la main le fait que l’on ignore si Moïse est un personnage fictif ou un personnage historique. Je trouve bizarre de décrire les 19 crimes d’un personnage dont on n’est même pas sûr qu’il est existé. Il est vrai que l’Église catholique dit très bien que tous les livres de la Bible et chacune de leurs parties sont inspirés de Dieu. Cet argument peut-être convaincant pour un croyant aveuglé par sa foi, mais pas pour un lecteur critique, rationnel et objectif. Le fait de ne pas être capable d’apporter de preuves matérielles de l’existence de la plupart des personnages de la Bible (Abraham, Moïse, Jésus, etc.) cache une réalité, celle que tous ces personnages sont probablement fictifs. Ils ont été créés dans un seul et unique but : donner un message d’espoir à un peuple aux abois, rêvant de jours meilleurs.

    Finalement, à la lumière de ces explications, quelle crédibilité peut-on donner à la Bible? Sachant le pourquoi, le quand et par qui a été écrit ce livre, on est tenté de dire « aucune »! Les divinités sont assurément fictives, par conséquent, leur histoire est fictive et tous les personnages figurant dans cette histoire sont probablement fictifs, comme dans tout bon roman… Il n’y a de vrai que le contexte historique. Alors, si ce livre est un tissu de mensonges, est immoral, au fond, ça n’a pas beaucoup d’importance, ce n’est qu’un roman. Très populaire, soit, à cause des aléas de l’histoire, mais un roman quand même. Bientôt, ce ne sera plus qu’un mauvais souvenir. Aujourd’hui, les Messies tels que promis sont les connaissances scientifiques qui ont grandement contribué à faire disparaître, ou tout au moins grandement réduit, les principaux fléaux de l’humanité, à savoir la famine, la maladie et la guerre.

    Par exemple, en cette période de pandémie de COVID-19, cette réalité saute aux yeux plus que jamais. Les arriérés religieux (les trois monothéismes confondus) tiennent un silence assourdissant. Preuve, s’il en fallait, que lorsqu’une catastrophe frappe l’humanité, les religions n’ont rien, vraiment rien à dire. Leur insignifiance saute aux yeux plus facilement qu’en temps normal. L’inutilité des processions, des prières, des messes est d’autant plus visible. Même le pape le reconnait : « Ce n’est pas facile à comprendre et, si nous réfléchissons, nous sommes impuissants. Tout ce que nous pouvons faire est de seulement contempler, prier et rendre grâce. » En fait, une admission sans pudeur, par la plus haute autorité du christianisme catholique, non seulement de la totale impuissance de la croyance religieuse, mais même de son absence de justification en tant « qu’explication du monde ». Bref, la solution n’est pas la religion, mais la recherche médicale qui finira bien un jour par trouver un antivirus.

  2. Richard Rousseau dit :

    La Bible n’est pas qu’un ultime message d’espoir pour le peuple juif persécuté par tous ses voisins, espoir en des jours meilleurs, au début de notre ère. Dans son livre « La Bible immorale », Normand Rousseau dénonce avec raison l’immoralité et la criminalité de la Bible. Dans le premier paragraphe de cet article, il cite de nombreux passages de la Bible où il y a torture, génocide, meurtre, cruauté, haine, violence, etc. Pour les croyants juifs et chrétiens, aveuglés par leur foi, manquant complètement d’impartialité, tous ces crimes odieux sont légitimes et nécessaires, puisque l’ordre d’extermination vient de Dieu lui-même et on ne saurait désobéir à Dieu. Et il va de soi que ces croyants juifs et chrétiens ont toujours pensé que la Bible disait littéralement vrai et que les exterminations avaient donc véritablement eu lieu.

    Lire la Bible au pied de la lettre nous fait découvrir toute les horreurs, les crimes, la cruauté, dont elle regorge. On n’en finit plus de découvrir des crimes plus effroyables les uns que les autres, non seulement assumés, mais fièrement revendiqués. Tout ça au nom de Yahvé, Yahvé ce petit dieu tribal, esclavagiste, misogyne, jaloux, vengeur, guerrier, massacreur. Quelle horreur!

    Bien sûr, il y a une part de fiction dans les récits de tous ces massacres. Aucun historien ou archéologue n’est venu confirmer la découverte de charniers. Tous ces génocides, tous ces meurtres laissent forcément des cadavres derrière soi. Que sont-ils devenus? A-t-on jamais découvert des charniers? On découvre des ossements de dinosaures vieux de 65 millions d’années. On devrait être capable de découvrir des squelettes humains vieux de 2 000 ans.

    Même s’il y a une bonne part de fiction dans les massacres de la Bible, ils sont surement basés sur des faits réels. C’est le propre de l’humain. Il est capable du meilleur et du pire, peu importe l’époque. Des génocides il y en a eu à toutes les époques au cours de l’histoire humaine, pas seulement à l’époque de l’écriture de la Bible. Je ne comprends pas l’acharnement de Normand Rousseau sur ces massacres du début de notre ère, il y a 2 000 ans. Même encore aujourd’hui, seulement au XXe siècle, il y a eu de nombreux génocides. Citons celui d’un million d’Arméniens, au nord de la Turquie, en 1915-1917; celui de la Shoah, le génocide de 6 millions de juifs, causé par les nazis pendant la guerre 1939-1945; celui de 2 millions de morts au Cambodge, causé par Pol Pot, de 1975 à 1979; celui de 800 000 morts, au Rwanda, en 1994; celui de 33 000 morts, en Bosnie-Herzégovine, en 1995; et ainsi de suite.

    Ainsi, l’humain adore massacrer son prochain. Il n’y a rien de nouveau. La Bible n’a rien inventé. Normand Rousseau justifie son acharnement sur les massacres de la Bible en disant qu’il y a encore 2 milliards de personnes qui y croient. Soit! Il en fait une question d’éthique : quand on se revendique d’une religion qui accepte le principe du génocide légitime, on ne donne pas de leçons de morale. Encore bien d’accord.

    Mais je suis tanné d’entendre parler de cruauté. J’aimerais plutôt entendre parler de solutions pour régler ce problème. Qu’avez-vous à suggérer, monsieur Rousseau?

  3. Richard Rousseau dit :

    Je me demande à qui s’adresse la première série de vidéos YouTube de Normand Rousseau portant sur son livre « Monsieur Jésus » où il démontre, évangiles en main, que Jésus n’était pas Dieu. Dans une seconde et plus récente série de vidéos YouTube, portant cette fois-ci sur un autre de ses livres, « La Bible immorale », il affirme, avec raison, que la Bible est immorale et criminelle à souhait. Avec toutes ces affirmations, ses vidéos ne s’adressent certainement pas aux croyants puisque Normand Rousseau remet en doute le fait que tous les livres de la Bible et chacune de leurs parties sont inspirés de Dieu. En ce qui concerne Monsieur Jésus, comment douter de la nature divine de ce personnage, qu’il soit le fils de Dieu, un sauveur, un Messie? Une fois de plus, c’est clairement écrit dans la Bible, sous inspiration divine. Il faut savoir que la Bible dit tout et son contraire. Il faut savoir lire les bons passages… Les croyants, aveuglés par leur foi, vont donc simplement l’envoyer paître.

    Pour les non-croyants, il y a belle lurette que la Bible a été reléguée aux oubliettes. Il faut se rappeler que les textes soi-disant saints ont été écrits il y a 2 500 ans, par un peuple barbare, ignorant et fanatiquement religieux. À cette époque, la Terre était plate, le Soleil tournait autour de la Terre, le monde avait été créé en 6 jours (au lieu de 13,8 milliards d’années), l’humain, hommes et femmes, en un claquement de doigts (au lieu de 4,55 milliards d’années), par un Dieu tout puissant; un Messie était censé venir les délivrer de toutes les persécutions subites par leurs voisins; la connaissance du corps humain était nulle, aucune invention importante, l’arithmétique et l’astronomie réduite à sa plus simple expression, seulement une minorité était capable de lire et d’écrire et n’avait aucune connaissance de l’existence d’autres pays développés. Les non-croyants voient les textes bibliques comme seulement de mythiques allégories, des légendes, des fables, des histoires abracadabrantes inventées, voire du « délire religieux ». Bref, la Bible a été écrite par des rustres. Comment peut-on lui accorder la moindre importance?

    Alors, si croyants et non-croyants ne montrent aucun intérêt pour la Bible, à qui les vidéos de Normand Rousseau s’adressent-ils? Peut-être aux théologiens, curés et rabbins, une espèce en voie de disparition, pour les mettre en garde de certaines faiblesses de la Bible, tout en les rassurant que la Bible est quand même un livre saint indiquant la marche à suivre pour aller au Ciel. Il n’y a rien de tel que créer l’espoir. Je vois de leur part une tentative désespérée de ramener à la mode des croyances absurdes par une organisation religieuse (l’Église catholique) moribonde.

    Parlant d’aller au Ciel, vous savez tous qu’en cette période de pandémie de COVID-19, les gens ne se précipitent plus dans les églises pour prier, mais vont voir plutôt le médecin. Même la journée de Pâques, après avoir enduré une passion horrible, Jésus ressuscite et personne ne s’est déplacé pour aller le voir, sous prétexte qu’il fallait éviter les rassemblements. Il paraît qu’il était en beau « christ » et au lieu de descendre du Ciel, il fit monter plutôt un paquet de monde au Ciel pour qu’il puisse le voir. Surtout les aînés… Ça leur apprendra à l’ignorer! Susceptible le monsieur…

  4. Richard Rousseau dit :

    Malgré tous les efforts de Normand Rousseau pour discréditer les croyances absurdes d’une organisation religieuse (l’Église catholique) moribonde, le seul fait d’en parler avec autant d’emphase contribue à leur survie.

    Malgré tout, j’anticipe au cours du XXIe siècle que la religion catholique disparaîtra du Québec, car les trois principaux fléaux de l’humanité (famine, maladie et guerre) auront disparu, ou du moins grandement diminué, grâce aux connaissances scientifiques. Le COVID-19 est un bel exemple. Je le répète, les gens ne se précipitent plus dans les églises pour prier, mais vont voir le médecin. Il ne sera plus nécessaire d’avoir recours à des divinités imaginaires pour régler ces problèmes. L’humanisme et l’athéisme seront suffisants. Maintenant, comment la faire disparaître ? Par l’éducation de la jeunesse et la suppression des exemptions fiscales. Supprimer l’enseignement de la religion dans toutes les écoles, remplacé par des cours d’histoire et de géographie où les religions sont expliquées comme étant des moyens mythiques créés par l’imaginaire humain pour se protéger.

    Concernant l’humanisme et l’athéisme, je reprends les mots de Michel Pion (https://assohum.org/2015/05/lettre-ouverte-au-ministre-de-leducation-du-quebec/) mais exprimés à ma façon. Ma vision du monde est résolument tournée vers le réel. Les croyances au surnaturel impliquent trop d’invraisemblances, trop d’absurdités, trop d’irrationnels. Je rejette la croyance en l’existence à un Dieu, ainsi que toute croyance basée sur des dogmes, des révélations divines, ou ayant recours au surnaturel, sans évidences vérifiables. C’est ce qu’on appelle l’athéisme.

    Cependant, il ne faut pas en rester là. Il faut remplacer toutes ces croyances au surnaturel par autre chose de plus naturel, de plus humaniste. Je pense que ce sont les valeurs humaines, et non divines, qui doivent guider nos choix et que nous sommes responsables de notre propre vie et du monde qui nous entoure, car nous n’avons aucun secours à attendre d’une divinité quelconque. Dans cette optique, je pense qu’une recherche rationnelle fondée sur des faits demeure le meilleur outil pour acquérir une connaissance crédible du monde qui nous entoure, une meilleure compréhension de la vie et une meilleure façon d’en profiter pleinement.

    Cette approche humaniste, et non divine, du monde qui m’entoure me rapproche de mes émotions. Elles existent, sont bien réelles et en ce qui me concerne, elles ajoutent une dimension à mon existence dont je ne saurais me passer. Elles se fondent sur le concret, sur le plaisir que je retire de l’amour que je ressens envers les miens (conjointe, enfants, petits-enfants, chiens, amis et amies, etc.), de mes expériences, de la beauté que je constate autour de moi, du plaisir que j’ai à être vivant. Ça, aucune divinité ne pourrait me le donner.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *