Lettre à Amine

Amine, un musulman, se dit offusqué par un de nos vidéos sur notre canal YouTube, « Le Coran expliqué aux mécréants » ( voir ci-dessous)

Michel Virard, actuel président de l’AHQ, a répondu à son commentaire nous reproduisons sa réponse ici.

Lettre à Amine, musulman offusqué par notre vidéo «Le Coran expliqué aux mécréants»

Le drame de l’Islam c’est qu’on y utilise le mot «science» à la façon du 7e siècle, sans faire de différence entre croyance et connaissances validées. Un argument scientifique (afin de «savoir» et non de «croire») n’est pas simplement un argument de rhétorique (l’art de convaincre). L’argument scientifique est «fondé» par des évidences que tout le monde peut vérifier. Il ne dépend pas de l’autorité de celui qui avance l’argument. Il s’inscrit dans un cadre de référence qui est lui même fondé par des arguments scientifiques antérieurs, des expériences directes ou par l’intermédiaire d’instruments neutres ou encore par des méthodes validées par la communauté scientifique. Nous ne «croyons» pas que le Coran a été créé ou inspiré par une divinité parce que nous «savons» qu’il a été créé plus de 60 ans après la mort de Mahomet et par au moins une trentaine d’auteurs différents. Cette différence fondamentale entre savoir et croire semble échapper aux malheureux qui se sont fait laver le cerveau dans les écoles coraniques. Lorsque nous disons que nous «savons» quelque chose, cela signifie que nous pouvons remonter et montrer toute la chaîne des déductions qui ont permis d’affirmer cette chose sans jamais faire appel à l’argument «c’est Dieu/Allah/Yavéh qui l’a fait.».

Tout l’art de l’éducation coranique consiste à empêcher le cerveau de l’enfant de se poser des questions qui pourraient l’amener à douter du Coran. On appelle ça de l’endoctrinement et c’est toujours une catastrophe pour les humains qui le subissent. Sincèrement, je vous plains d’être ainsi enfermé. Brisez votre prison mentale et venez rejoindre l’air libre des humanistes. Vous y trouverez des humains de tous les horizons, des ex-musulmans, bien sûr, mais aussi des ex-catholiques, des ex-protestants, des ex-juifs, des ex-hindous, des ex-bouddhistes, des ex-animistes, tous des gens qui se voient et se traitent comme des égaux et avec compassion quand des malheurs de la vie accablent l’un d’entre eux. Nous ne sommes pas immortels, Amine, et nous le savons. Mais cela ne veut pas dire que nous soyons tristes. Nous savons faire de la vie, ici et maintenant, un voyage magnifique fait de connaissances, de découvertes, de rencontres inattendues, d’amitiés durables, d’amours inespérés et à tous les âges. Nous savons vivre et mourir sans nous bercer d’illusions. Nous savons que nous sommes un maillon dans une chaîne immense d’humains. Nous sommes persuadés que notre espèce a devant elle un avenir littéralement extraordinaire et autrement plus intéressant qu’un paradis de pacotille avec 72 hûr al-‘ain. Mais cet avenir de notre espèce ne se construira pas avec les textes dits «sacrés» des religions, il se construira avec des humains lucides.

Michel Virard, sept 2019

D’autres textes de Michel Virard sont disponible ici: https://assohum.org/page-michel-virard/

 

 

 

 

 

 

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *