Septième congrès mondial de l’Association Internationale de la Libre Pensée (AILP), septembre 2017

par Déc 15, 2017actualités, AILP, Laïcité, Québec humaniste0 commentaires

CLAUDE BRAUN

CLAUDE BRAUN

Administrateur et éditeur en chef du "Québec humaniste"

Claude Braun a été professeur de neurosciences cognitives à l'UQAM de nombreuses années. Retraité depuis peu, Il a publié nombres de documents de recherches sur le sujet. Il a été également éditeur du "Québec laïque"  et est depuis quelques années l'éditeur en chef  de notre revue "Québec humaniste" Il a également publié "Québec Athée" en 2010. Téléchargeable gratuitement en utilisant ce lien avec  les compliments de l'auteur.

NDLR L’association humaniste du Québec s’est officiellement affiliée à l’AILP en 2015, tandis que le conseil d’administration
(CA) a élu Claude Braun comme porte-parole de l’AHQ vers l’AILP et vice et versa. Nous faisons état, de temps en temps dans
la présente revue, de certaines campagnes politiques ou de certaines actualités, ou de certaines réflexions particulièrement
édifiantes, provenant de l’AILP ou de la Libre pensée française. Récemment, la puissante Fédération Nationale de la Libre
Pensée (française) a été l’hôte du congrès international, maintenant annuel, de l’AILP, du 21 au 24 septembre 2017 à Paris.
Plusieurs Québécois ont assisté à ce congrès, comme conférenciers, traducteurs, ou comme délégués (David Rand, président
de la Libre pensée athée du Québec, Lucie Jobin, présidente du Mouvement laïque québécois et Claude Braun, représentant et
membre du CA de l’Association humaniste du Québec). Ces deux derniers rendent compte du congrès ci-dessous.

Lucie Jobin et son conjoint Richard Aubert au Congrès AILP, Claude Braun à côté du monument honorant la féministe et libre penseure Maria Deraisme (Pontoise)

Tous les continents étaient représentés au congrès AILP de Paris (2017) tandis que plus de deux cents délégués et souscripteurs ont assisté aux activités. Le congrès a été tenu dans des édifices et salles d’une grande splendeur  Bourse du Travail, Mairie du 10e , École Normale Supérieure). Les séances de conférences, qui démarraient tôt le matin et terminaient à la toute fin de l’après-midi furent toutes organisées en panels où plusieurs pays étaient représentés. Aucun symposium n’a eu lieu qui n’ait bénéficié de discours donnés par des femmes. Nous avons pu constater à travers plusieurs témoignages de femmes  représentant des organisations laïques,  humanistes et féministes d’Italie, du Chili, d’Espagne et de Pologne de récentes attaques sournoises et parfois frontales des Églises contre l’égalite hommes-femmes et contre les droits démocratiques et légitimes des femmes. En plus, les conférences de Max Wallace de la Rationalist Society d’Australie et de Keith Porteous Wood de la National Secular Society de GrandeBretagne, sur les crimes sexuels des prêtres et des Églises, ont démontré un aspect vif et actuel de la nécessité pour les femmes de résister aux églises -quoiqu’on dénombre une proportion non négligeable de victimes masculines. Une autre thématique qui nous a saisis, en tant que Québécois, fut le symposium sur la défense de la science. La conférence du professeur-chercheur américain Julien Musolino [1] nous a particulièrement dressé les cheveux sur la tête. Le créationnisme est bien vivant de l’autre côté de notre frontière, et il menace la vie publique, l’environnement (incluant le nôtre, particulièrement l’immense écosystème US-Canada des grands lacs), les relations internationales, le financement des universités -voir même leur curriculum.  

Chaque conférence était pré-traduite dans les trois langues officielles de l’AILP (français, anglais, espagnol) permettant à chaque délégué de comprendre chaque mot qui se disait. L’auditoire fut assidu, attentif et chaleureux. Les thèmes priorisés par la direction de l’AILP (porte-parole : Christian Eyschen) pour ce congrès furent :
· Agir pour la Séparation partout entre les religions et les États
· En finir avec le financement public des religions · Dénoncer les crimes des églises et religions auxquels s’ajoutèrent les thématiques suivantes qui, de toute évidence, intéressaient davantage les délégués internationaux:
· Le droit des femmes pour l’Égalité
· Le droit de mourir dans la dignité
· La défense de la Science, notamment face aux menaces créationnistes  

Le programme du congrès est donné en détail au site internet : http://www.internationalfreethought.org/spip.php?article564
tandis que les actes complets du congrès seront bientôt publiés intégralement. Nos hôtes ont eu l’excellente initiative d’organiser en
soirée des loisirs militants qui ont beaucoup plu à ce type de congressiste qui se caractérise par son engagement social désintéressé. Ces loisirs ont inclus : · Visite à Paris sur les pas de Thomas Paine avec Margaret Downey et le Thomas Paine Memorial Committee (É.U.)
· Visite dans l’après-midi du Montmartre laïque (Métro Anvers)
· Rassemblement Square Garibaldi, Paris (ou « square Cambronne », Métro Cambronne)
Interventions : Maria Mantello (Italie), Elbio Laxalte (Uruguay), Pierre Gueguen (France)

Nous avons pris note à ce congrès, avec quelque surprise, que Guiseppe Garibaldi (1807-1848) est une grande figure héroïque et bien aimée de la libre pensée mondiale. Les Québécois de bonne éducation sauront possiblement vaguement que Garibaldi avait contribué de quelques façons à « l’unification de l’Italie ». Nos maîtres et nos scribes, bien catholiques, auront fait bien attention de biaiser sa biographie. Garibaldi, qui a vécu avant que l’idée de laïcité ne soit mure, fut un des champions les plus courageux et efficients du
républicanisme à l’échelle mondiale.

Et effectivement ses actions ont été internationales. Mais qu’était-ce que le républicanisme à l’époque de Garibaldi ? Très concrètement c’était l’installation en primeur, nation après nation, pays après pays, de démocraties fossoyeuses des théocraties et/ou des dictatures, tout simplement. Et Garibaldi, grand capitaine de navire devenu général pour les bonnes causes, mena campagne après campagne où il combattit les dictateurs, les renversa, installa des démocraties, et se retira sans profiter de rien. Ces combattants, que Garibaldi costuma avec des chemises rouges d’abattoir achetées au prix du gros, étaient nombreux, partout au monde, à vouloir risquer la mort
sous son commandement pour cette cause. En Italie, à cette époque, qui donc était le dictateur de cette région du globe ? C’était le pape. Garibaldi et son armée de progressistes cassèrent les reins de cette papauté, pour toujours. Ils la bombardèrent, lui retirèrent son immense territoire (l’Italie), et remirent ce territoire au peuple. Peu après et dans cet élan, la République démocratique de l’Italie put naitre [2].Notre compatriote, Arthur Buies, prit les armes et participa à cette campagne particulière de Garibaldi (voir l’encadré plus loin dans le présent numéro) [3]. 

Nos hôtes ont aussi organisé une sortie en bateau-mouche et un gala dans un restaurant, la Bouteille d’or, qui avait été fréquenté par Voltaire. Tout ceci fait réaliser qu’un congrès AILP est vraiment une excellente façon de s’offrir un voyage exotique et édifiant en même temps. N’hésitez pas à vous inscrire au prochain congrès qui sera organisé par David Silverman et les American Atheists, aux ÉtatsUnis en 2018. Connaissant le style « firebrand » d’athéisme de Madelyn O’Hare, fondatrice, et de David Silverman, successeur, on ne s’y ennuiera pas. Les gros regroupements fédératifs qui furent très présents du congrès de Paris furent : l’IHEU (Union  internationale Humaniste et Laïque), la FHE (Fédération Humaniste Européenne), le CFI (Sceptiques), le CLIPSAS (Comité de Liaison internationale des Puissances maçonniques signataires de l’Appel de Strasbourg), des associations membres de l’AAI (Alliance Athée Internationale). Malgré son jeune âge, et des douleurs de croissance, l’AILP a le vent en poupe. Elle organise chaque année au moins un
édifiant congrès. Elle touche de nombreux pays. Elle mérite notre appui. Voici les autres congrès AILP organisés à ce jour.

  • 2011-08, Colloque de fondation, Oslo, Norvège
  • 2012-04, Colloque, Beyrouth, Liban
  • 2012-11, Congrès des Amériques, Mar del Plata, Argentine
  • 2013-11, Congrès AILP, Concepción, Chili
  • 2014-03, Journées athées de Pologne
  • 2014-08-11, Congrès de l’AILP, Londres
  • 2015-03, Journées athées de Pologne
  • 2015-09, Ve Congrès de l’AILP, Montévidéo, Uruguay
  • 2016-09, VIe Congrès de l’AILP, Quito, Équateur
  • 2016-12-09, Rencontre de Madrid
  • 2017, Colloque International à Chypre

L’AILP est une fédération d’organisations et d’individus ayant une vision du monde relativement compatible. La libre pensée militante n’a jamais été un front ni pour l’anarchie (quoi que les anarchistes y soient tout à fait les bienvenus et aussi présents par ailleurs) ni pour le libertarisme exacerbé (libertinisme). Plutôt, la libre pensée s’articule autour de la pensée critique raisonnée, hors de tout dogme et de tout mysticisme, hors de la religion révélée et doctrinale. La libre pensée est amie des sciences mais pas des scientifiques véreux, friande de scepticisme sans y succomber totalement, camarade des athées, agnostiques et adeptes de déismes abstraits, partenaire de toutes celles et tous ceux qui militent pour la laïcité, et compagne des humanistes séculiers, ceux et celles qui réfléchissent à l’éthique non doctrinale et qui respectent les droits des femmes.

Le dernier item à l’ordre du jour de chaque congrès AILP est son assemblée du conseil général. Les membres sont élus chaque année par le conseil. Cette année, ont été élus plusieurs Québécois (Daniel Baril, MLQ, AHQ, et Claude Braun, AHQ) et une Québécoise (Lucie Jobin, MLQ) qui s’ajoutent à David Rand (LPA-Québec). Le conseil établit les priorités de l’association et il façonne et émet des déclarations
au nom de l’AILP. Cette année, à la demande surtout des délégués nordaméricains, particulièrement David Rand, la déclaration finale du conseil s’est tournée vers le problème de l’islamisme politique et du terrorisme, un thème inhabituel pour l’AILP jusqu’à maintenant [4]. La déclaration intégrale est disponible gratuitement sur internet à : 

http://www.internationalfreethought.org/spip.php?article630  Voici un extrait de cette déclaration : · L’islam politique est une idéologie et un mouvement politicoreligieux international obscurantiste, anti-laïque, liberticide, théocratique, prosélyte et totalitaire. Il est une forme intégriste de l’islam. À l’échelle planétaire, ce mouvement est au moins aussi dangereux que les plus fanatiques intégrismes religieux, y compris les intégrismes chrétiens. · L’Islam politique a divers moyens de se promouvoir et de se répandre, le plus spectaculaire de ces moyens étant le terrorisme. Toutefois, ce dernier n’est que la pointe de l’iceberg, car l’islamisme dispose de toute une gamme de moyens de propagande, allant jusqu’aux plus banals et quotidiens, comme la normalisation de plusieurs pratiques
islamiques dans les espaces publics, débordant ainsi le cadre privé dans lequel la pratique religieuse devrait être cantonnée. Il est nécessaire d’interdire le port de voiles dans les institutions de l’État et dans les Écoles publiques.

Le conseil international attribue aussi chaque année le prix international Jefferson/Juarez/Buisson. Ces trois figures historiques sont à la proue de la militance laïque à l’échelle mondiale. Cette année, le prix a été attribué à Antonio Vergara (Chili) porte parole d’honneur de
l’AILP, Terry Sanderson, président de la National Secular Society de Grande-Bretagne, Barry W. Lynn, directeur général d’Americans United for the Separation of Church and State (USA) et Wanda Nowicka, militante laïque et féministe, ancienne vice-présidente de la Diète (Pologne).

1. Bétemps, C. Guiseppe Garibaldi, (2016). Paris : Les éditions de la Libre Pensée
2. Douville, R. (1933). La vie aventureuse d’Arthur Buies, Montréal: Albert Lévesque. Estérez, E. (2005). Arthur Buies, un écrivain québécois en mission au 19e siècle, Mémoire de M.A. (Histoire), Université de Montréal. Gagnon, M.A. (1965). Le ciel et l’enfer d’Arthur Buies, Québec: Presses de l’Université Laval.
3. Muselino, J. (2015). The soul fallacy: What science
shows we gain from letting go of our soul beliefs. New
York : Prometheus Books.
4. Pour être plus précis, il est vrai que dans sa défense de la laïcité, la Libre pensée française confronte presque toujours les thuriféraires catholiques, rarement les grandes gueules islamistes. Ceci ne devrait étonner personne puisqu’il est évident que la guerre contre la loi française de 1905 « Concernant la séparation des Églises et de l’État » est menée presque exclusivement par les catholiques en France. Par ailleurs nous mentionnons que la revue intellectuelle de la FNLP, Idée libre, a consacré deux numéros thématiques (# 293/2011 et # 304/2014)  à la question de l’islam et de l’immigration musulmane en France. Le dépliant « Arguments pour un débat rationnel sur
l’Islam », 2017, des Éditions de FNLP, en vente à la Librairie de la Libre Pensée, fait le tour de façon érudite et réfléchie de l’histoire et de l’état des lieux de l’Islam dans le monde et en France, et aussi, particulièrement, de la menace islamiste à la laïcité en France. Là, au lieu d’éructations épidermiques et de battage de poitrine sur des actes terroristes, on trouve des analyses riches, denses, expertes, précises, larges, historiques, factuelles, raisonnées… et militantes. Personne ne peut accuser la FNLP d’ignorer la question musulmane, ni la question de l’islam politique. Encore faut-il que la question de l’islam soit discutée à l’AILP. C’est parti !

* Claude Braun est membre du CA de l’Association humaniste du Québec et Lucie Jobin est présidente du Mouvement laïque québécois

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code