Protestation humaniste contre la loi canadienne C-296

par Déc 16, 2016appels à la mobilisation, Québec humaniste0 commentaires

L’Association humaniste du Québec est un fer de lance d’une pétition parlementaire fédérale canadienne pour l’abrogation d’une loi archaïque, inéquitable, indigne et dangereuse. Il s’agit de la Loi C-296 qui criminalise le blasphème et prévoit jusqu’à deux ans d’emprisonnement pour propos irrespectueux à l’égard de la religion. Hostie de calice de tabarnak ! Il existe toujours des pays « occidentaux » qui peuvent emprisonner leurs citoyens pour blasphème. Il s’agit du Danemark, de la Nouvelle-Zélande, de la Pologne, de l’Allemagne et de la Grèce. L’Islande vient d’abroger sa loi anti-blasphème. Parmi ces pays avec lois anti-blasphème (47% des pays du monde selon le Pew Institute), il y en a qui ne les appliquent pas. C’est le cas du Canada. Il y en a d’autres qui n’ont pas de lois explicites contre le blasphème, mais où l’apostat peut entrainer la mort par la vindicte populaire. C’est le cas du Nigeria, par exemple. L’article 296 du Code criminel canadien qui condamne le blasphème n’est pas appliqué depuis 1926. Il y a par ailleurs, présentement en cours, une poussée soutenue des pays arabes dans diverses enceintes de l’Organisation des Nations Unies pour une prise de position formelle d’acceptation de lois anti-blasphème. À cause de sa loi C-296, Le Canada ne peut offrir d’appui, même moral, aux apostats persécutés à travers le monde. Voilà en quoi cette loi canadienne est concrètement vraiment dangereuse pour la vie humaine. La pétition parlementaire humaniste pour l’abrogation de la Loi C-296 est maintenant déposée avec 7,472 signatures, un fort succès. Les humanistes rencontrent des représentants du ministère de la Justice le 16 décembre (Eric Thomas et 3 autres personnes). Googlez l’Association humaniste du Québec pour en savoir plus. Le projet de pétition est saillant à la première page de notre site internet.

L’Association humaniste a exceptionnellement transformé, cette année, son agape de l’équinoxe d’automne en party déguisé d’Halloween où les costumes blasphématoires étaient les bienvenus : Thomas Huxley, un prêtre diabolique, une burka en dentelle transparente, une chimère islamo-sémitochrétienne, un ange d’opéra, des personnages païens. Cette fête s’inscrivait dans notre campagne en cours contre la Loi C-296 qui interdit le blasphème, en particulier la pétition parlementaire en cours (voir l’introduction).

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code