Capsules de nouvelles humanistes internationales

par Sep 15, 2012humanisme, Québec humaniste0 commentaires

Dagmar Gontard-Zelinkova

Dagmar Gontard-Zelinkova

Bien que vivant en Ontario, Dagmar Gontard-Zelinkova est un des plus anciens membres de l ‘Association humaniste du Québec. En parallèle avec Bill Broderick à Belleville, elle a mené une guerre d’usure contre la prière à l’hôtel de ville de sa municipalité de Hastings Highlands, de la municipalité voisine de Bancroft et aussi au Conseil du comté de Hastings qui, hormis les deux déjà citées, regroupe douze autres municipalités

CONTRACEPTION DANS LE MONDE – REGARD SUR DEUX PAYS

Avec 6,2 enfants par femme, l’Ouganda détient le 3e taux de fécondité dans le monde. Seulement 30% des femmes y utilisent la contraception. Alors que l’Ouganda est classé parmi les 48 pays les moins avancés, sa population pourrait passer de 32 millions d’habitants aujourd’hui à 91 millions en 2050. La moitié de la population a moins de 15 ans. Un quart des adolescentes Ougandaises de 15 à 19 ans ont un enfant. Le planning familial se heurte toujours à beaucoup de préjugés ; nombreux sont ceux qui croient qu’une descendance nombreuse est un gage de prospérité et un signe de puissance. Mais il y aussi la « résistance silencieuse » des Églises catholiques et protestantes. Dans les discours politiques on retrouve une ambivalence : les technocrates sont persuadés que le planning familial est une nécessité pour le développement du pays mais les politiciens ne partagent pas forcément cet avis. Le budget alloué au planning familial reste insuffisant. Environ 40% des Ougandaises souhaitant avoir recours à la contraception et n’y ont pas accès.

(Le Monde, 27 juillet 2012)

===========================================================================================================

 

Par le passé, l’Iran avait un taux de natalité élevé – plus de 6 enfants par femme. Sous le règne du shah, la composition de la société a évolué et le taux est tombé à deux enfants par femme. Avec le changement de régime, la natalité a été encouragée. En effet, l’ayatollah Khomeini voulait un accroissement de population rapide pour avoir une armée de 20 millions de soldats. Puis, dans les années 90, craignant que la population galopante puisse menacer l’économie, l’Iran a changé de cap, mis le frein à la natalité et le pays devint le leader dans le planning familial. Un nouveau changement d’orientation est survenu en 2005, après l’élection de Mahmoud Ahmadinejad, qui a déclaré que la contraception s’opposait à la volonté divine. Cette année, le «Guide Suprême» l’ayatollah Ali Khamenei, a déclaré que le programme national de contraception était une « erreur » et le financement en a été supprimé.

(The Globe and Mail, 30 juillet 2012)

 

L’HUMANISME VIENT DE PERDRE DEUX GRANDES FIGURES

 

Le 17 août, Wendell Watters, médecin- psychiatre, est mort à Ottawa, à l’âge de 88 ans. Il était farouche défenseur du droit à l’avortement. Quand il a publié son best-seller, « Compulsory Parenthood : The Truth about Abortion » en 1976, la peine pour pratiquer l’avortement était l’emprisonnement à vie. Wendell Watters a soutenu le docteur Henry Morgentaler dans son combat pour la dépénalisation de l’avortement dans les années 80. Il était le témoin de la défense lors des procès intentés au docteur Morgentaler. Wendell Watters est aussi connu pour 

ses recherches dans le domaine de la thérapie sexuelle des couples. Dans les années 70, il a ouvert une clinique, spécialisée dans ce domaine, à l’Université McMaster, à Hamilton. La thérapie qu’il a développée part du principe selon lequel la religion en général, et la religion chrétienne en particulier, nuisent à la santé des gens en raison de -la notion du péché.

 

 ======================================================================================================

 Le 20 octobre, Paul Kurtz, philosophe américain, est mort à Amherst, N.Y., à l’âge de 87 ans. Il était professeur émérite de philosophie à l’Université d’État de New York et était surtout célèbre pour son rôle au sein de la communauté américaine des sceptiques. Il était fondateur et directeur du Committee for Skeptical Inquiry, du Council for Secular Humanism et de Prometheus books. Il était aussi rédacteur en chef du magazine Free Inquiry et membre honorifique de diverses associations liées aux sciences. L’astéroïde 6629 ( dit Kurtz) a été nommé en son honneur.

 

Paul Kurtz a forgé le terme « secular humanism » qu’il présenta comme une religion sans base surnaturelle. Pour lui, les athées et autres sceptiques doivent prendre la vie de manière positive. Selon lui le scepticisme religieux n’est qu’un aspect de l’humanisme séculier.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code