Ciné-club de l’AHQ – Bilan depuis le dernier Bulletin humaniste

par Jan 15, 2011À propos de l'AHQ, activités, Québec humaniste0 commentaires

Michel Virard

Michel Virard

Président de l'AHQ

Michel Virard est un des fondateurs de l’AHQ en 2005 avec Bernard Cloutier et Normand Baillargeon. Ingénieur et entrepreneur, il a également été administrateur des Sceptiques du Québec. il est depuis les tout débuts l’une des âmes dirigeantes de l’AHQ. Il est également secrétaire de Humanist Canada

Projeté par l’AHQ le 22 octobre 2010 : « Silhouette City », réalisé par Michael Wilson en 2008, est un documentaire percutant sur l’évolution de l’extrême droite américaine chrétienne et de son « bras armé » au cours des dernières trente années. On y parle des milices chrétiennes (The Sword and the Army of the Lord) des années 80 jusqu’à l’infiltration récente de l’armée américaine par des chaplains (aumôniers) évangélistes extrêmement prosélytes. Les documents proviennent essentiellement des groupes apocalyptiques eux-mêmes (leurs propres vidéos de recrutement) et se passent de commentaire.

Projeté par l’AHQ le 3 novembre 2010 : « AGORA », réalisé par Alejandro Amenábar en 2009, fait une belle histoire et rapporte fidèlement la réalité historique de la fin du 4e siècle. Hypatie a véritablement existé. Son père, Theon fut effectivement le dernier patron de la Bibliothèque d’Alexandrie. Oreste, le gouverneur romain, a existé et, bien sûr, Cyrille, l’évêque d’Alexandrie a existé. L’Église catholique en a fait un saint. Hypatie, astronome et mathématicienne, fut massacrée par des moines de Cyrille d’une façon absolument épouvantable que même le film n’a pas osé représenter. La furie religieuse totalitaire à son paroxysme, car c’est bien de cela qu’il s’agit.

Projeté par l’AHQ le 8 décembre 2010 : « A FINISHED LIFE, The Goodbye and No Regret Tour » est une histoire vraie, contemporaine, pas une dramatisation. Gregg Gour, a 48 ans et a le SIDA. Quand on lui annonce que, sans traitement, il en a pour six mois avant de mourir, Gregg choisit sa fin. Gregg connaît ces traitements, il en a déjà subi. Il décide qu’il n’en subira pas de nouveau. Avant de se suicider, il entreprend un long périple où il retrouve tous ceux qui ont compté dans sa vie. Un ami le filme pendant tout ce périple et cela jusqu’à sa conclusion ultime. Ce film n’a jamais été présenté en salle, pas même aux États-Unis. Dans certains pays, dont la France, il est hautement probable qu’il serait interdit (tout comme le livre « Final Exit ») puisqu’il donne des indications précises sur un moyen de se suicider sans douleur et sans l’aide d’un médecin ou d’un pharmacien.

Projeté par l’AHQ le 7 janvier 2010 : « The Rosa Parks story », réalisé par Julie Dash en 2002, est une dramatisation de la vie de Rosa Parks, incarnée avec une conviction remarquable par l’actrice Angela Bassett (récompensée d’un prix Emmy). En 1955, une couturière de la ville de Montgomery, Alabama, refusa de céder sa place à un blanc dans un autobus. Son geste force la cour suprême des États Unis à sévir contre l’Alabama. Rosa Parks est morte en 2005. Elle est inhumée là où on fait les lois, dans la rotonde du Capitole, à Washington, avec les grands bâtisseurs des États-Unis.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code