Rodrigue Tremblay révèle l’arme d’autodestruction massive du gouvernement américain

par Sep 15, 2010actualités - humanistes, Québec humaniste0 commentaires

CLAUDE BRAUN

CLAUDE BRAUN

Administrateur et éditeur en chef du "Québec humaniste"

Claude Braun a été professeur de neurosciences cognitives à l'UQAM de nombreuses années. Retraité depuis peu, Il a publié nombres de documents de recherches sur le sujet. Il a été également éditeur du "Québec laïque"  et est depuis quelques années l'éditeur en chef  de notre revue "Québec humaniste" Il a également publié "Québec Athée" en 2010. Téléchargeable gratuitement en utilisant ce lien avec  les compliments de l'auteur.

Lors de son allocution au congrès de la Atheist Alliance International, ce 2 octobre 2010, notre camarade, membre de l’Association humaniste du Québec, Rodrigue Tremblay, a expliqué à plusieurs centaines de congressistes en séance, à Montréal, que les États-Unis avaient créé et fait imprimer et distribué dans le monde musulman un manuel islamiste extrémiste et meurtrier pour fanatiser les mujahideen, dans une frénésie anti-mécréante, afin de combattre les soviétiques en Afghanistan. Il notait avec mépris que l’impression gouvernementale fédérale, en sol américain, des exemplaires de cette arme de destruction massive a continué par millions APRÈS l’attaque du 11 septembre 2001 sur le World Trade Center.

Rodrigue Tremblay montre son livre le plus récent lors de son allocution au congrès 2010 (2 oct) de l’Atheist Alliance Iternational, à Montréal: Le code pour une éthique globale, Liber, 2010.

On peut lire son allocution à http://www.lecodepouruneethiqueglobale.com/pb/wp_d3adf1a7/wp_d3adf1a7.html

“L’existentialisme n’est pas tellement un athéisme au sens où il s’épuiserait à démontrer que Dieu n’existe pas. Il déclare plutôt: même si Dieu existait, ça ne changerait rien; voilà notre point de vue. Non pas que nous croyons que Dieu existe, mais nous pensons que le problème n’est pas celui de son existence; il faut que l’homme se retrouve lui-même et se persuade que rien ne peut le sauver de lui-même, fût-ce une preuve valable de l’existence de Dieu. En ce sens, l’existentialisme est un optimisme, une doctrine d’action, et c’est seulement par mauvaise foi que, confondant leur propre désespoir avec le nôtre, les chrétiens peuvent nous appeler désespérés.”

(Jean-Paul Sartre / 1905-1980 / L’existentialisme est un humanisme)

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code