L’humanisme québécois peut-il exister sur le plan international ?

par Sep 15, 2010Articles de fond, Québec humaniste, Réflexions0 commentaires

Philippe Besson

Philippe Besson

Officier de la Libre pensée française

Et également contributeur de la revue La Raison.

Il y a des choses qui se brassent ces jours-ci à l’international en ce qui concerne l’humanisme. Il se forme depuis quelques années des comités de liaison multilingues d’humanistes, athées, sceptiques et libres penseurs, qui font place à la culture et à la langue françaises et en reconnaissent la valeur irremplaçable. Le plus récent congrès de l’Atheist Alliance International, une fédération d’organisations athées de plus en plus internationale, s’est tenu en français comme en anglais à Montréal (1er-3 oct, 2010). Philippe Besson, officier de la Libre Pensée française nous exhortait à nous fédérer. Des conférenciers belges sont venus témoigner de la laïcité en Belgique ou faire part de leurs travaux sur l’histoire de la pensée athée. Finalement, une véritable organisation internationale fédérée et multilingue se met présentement en place. Il y aurait certainement une place pour le Québec dans ces comités, organisations, et fédérations, où les humanistes québécois pourraient témoigner, faire connaître leur travail, et apprendre des autres,

Ainsi nous reproduisons un extrait, pertinent au propos ci-haut, d’un texte du numéro 555, de l’an 2010 de la revue « La Raison », revue officielle de la Libre Pensée française.

Les libres penseurs sont organisés en France depuis 1848, et à l’échelle internationale depuis 1880. Les congrès mondiaux de 1904 à Rome et de 1905 à Paris, en particulier, ont montré la puissance de ce mouvement international, quand il réussit à se hisser à la hauteur des enjeux de société. Le Congrès mondial de 1904 a rassemblé à quelques mètres du Vatican toute l’élite politique et scientifique d’alors, définissant ensemble ce que doit être la Libre Pensée et quelles batailles elle doit mener. Les Actes de ce congrès viennent d’être republiés et sont disponibles. Le congrès de 1905, tenu à Paris, a été un élément moteur dans l’adoption de la loi française de séparation des Églises et de l’État du 9 décembre 1905. Les guerres de 1914-1918 et de 1939- 1945 ont affaibli la Libre Pensée. Le courant internationaliste a eu du mal à survivre à la Première Guerre Mondiale, et la « Guerre Froide » qui a suivi la seconde a amplifié la dispersion des organisations de Libre Pensée.

Surmonter la dispersion

Il faut aujourd’hui remonter la pente. Les contacts divers pris à l’échelle internationale depuis une dizaine d’années par la Libre Pensée française ont montré que cette dispersion n’est pas irrémédiable. En 2005, le Comité International de Liaison des Athées et Libres Penseurs (CILALP) a été constitué, dans un congrès tenu à Paris avec 250 participants de nombreux pays, dans le cadre général du congrès de l’Internation humanist and Ethical Union (IHEU), dont le thème central était la séparation des Eglises et des Etats. Le CILALP fonctionne depuis 2005 et a créé un site web où les informations et les analyses peuvent être échangées. Lors d’une réunion du CILALP tenue en 2008 à Washington, en liaison avec le congrès mondial de L’IHEU, la perspective a été ouverte de la reconstitution d’une Association Internationale de la Libre Pensée (AILP), à Oslo en 2011. Un groupe de travail a été constitué, et la discussion sur cette reconstitution se mène. La Libre Pensée française occupe toute sa place dans ce processus. Certaines organisations athées ou de Libre Pensée sont membres de l’IHEU, d’autres sont membres d’AAI (Atheist Alliance International), d’autres sont plus ou moins isolées.

L’objectif est de rassembler toutes ces organisations dans l’AILP, dont les caractéristiques sont à défi nir en commun. Il ne s’agit pas de faire concurrence à l’IHEU qui, outre les libres penseurs et les athées, a vocation de rassembler les humanistes, les sceptiques, les rationalistes, etc. C’est pourquoi la proposition a été faite que l’AILP à construire soit une section de l’IHEU. Des divergences séparent les libres penseurs des autres composantes de l’IHEU, et l’AG 2010 de l’IHEU tenue en août à Bruxelles l’a bien montré. En particulier, la question de l’enseignement religieux dans les écoles publiques est un point majeur de divergence. Mais les points d’accord existent aussi, ce qui justifie l’existence de l’AILP, et sa place dans l’IHEU.

Organiser la convergence des organisations athées et libres penseuses

Dans la perspective de la proclamation de l’AILP à Oslo l’année prochaine, de nombreuses discussions se mènent, pour organiser si possible la convergence des organisations athées et libres penseuses. Ainsi, une discussion est en cours avec l’Atheist Alliance International (AAI). L’AAI est principalement la fédération de sections américaines et d’organisations européennes. Or les sections américaines sont actuellement engagées dans un processus qui pourrait les voir retrouver le cadre d’American Atheists (AA), dont elles étaient originellement issues. AA est une organisation d’athées américains assez importante, qui a participé directement en 2005 à la constitution du CILALP. Nous espérons naturellement que les athées américains seront associés à la constitution de l’AILP, car ils en constituent de fait une partie importante. La discussion se mène également avec les organisations européennes d’AAI. Une rencontre s’est tenue à Paris le 29 août entre des représentants de ces organisations (en particulier d’Irlande, d’Allemagne et du Danemark), pour voir ensemble comment regrouper nos forces au plan international. Cette discussion ne fait que commencer, et il faudra trouver des solutions à de multiples problèmes d’organisation et d’orientation. D’ores et déjà un constat de cette discussion a pu être établi, en présence de représentants de l’IHEU, montrant ainsi la transparence du processus. De plus, la décision de principe a été prise lors de cette rencontre d’organiser en commun des campagnes en défense de la séparation des Églises et des États. La Libre Pensée française s’appuie sur l’alliance historique avec les libres penseurs anglais de la National Secular Society (NSS), dont le directeur exécutif Keith Porteous Wood, n’a pu qu’envoyer un message de soutien à la rencontre du 29 août, pris qu’il était avec la NSS à organiser le rassemblement de 20 000 militants laïques à Londres contre tout financement public de la venue du Pape. La discussion avec AAI va se poursuivre, à la fois sur le fond et sur les formes d’organisation. Nous avons beaucoup d’analyses communes. Ainsi, lors d’une conférence internationale organisée par AAI à Copenhague en juin 2010, une « Déclaration de Copenhague » a été adoptée que le CILALP et la Libre Pensée française peuvent considérer comme très positive.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code