A partir du 3 septembre il est interdit d’importer des idées

Rien ne traduit plus le conservatisme sclérosant que le refus d’importer des idées. Pourtant, pour une société, le plus sûr moyen d’accumuler un retard insurmontable et tragique est justement de s’imaginer que seules les idées émergeant localement ont de la valeur. Madame Lysiane Gagnon, dans sa colonne du 3 septembre 2013 du journal La Presse, affirme que la laïcité est une idée “importée”. Voyons de quoi il en retourne.

On peut trouver bien des verrues à la forme de laïcité prônée par le parti actuellement au pouvoir, le Parti Québécois, mais je dois admettre que je n’aurai jamais imaginé qu’une collaboratrice autrefois estimée du journal La Presse, Madame Lysiane Gagnon, puisse écrire sans rougir de honte de telles contrevérités dans sa colonne du 3 septembre. Selon Madame Gagnon, le bon peuple québécois aurait découvert la laïcité avec la crise des accommodements raisonnables. Pincez-moi! Ainsi, et sans remonter bien loin, il faudrait considérer que le rétablissement d’un Ministère de l’éducation (1964) et la déconfessionnalisation des écoles publiques (1997-2000) n’aurait rien à voir avec la laïcité ? Ah bon.

Mais il y a plus: “Il n’y a jamais eu une tradition laïque enracinée et continue au Québec” nous dit Madame Gagnon. En fait, il y a toujours eu un mouvement de libre-pensée, laïque, au Québec mais, et cela Madame Gagnon le saurait si ses éducatrices lui en avait donné le loisir, il a toujours été soigneusement étouffé par l’establishment catholique. Daniel Laprès a fait l’inventaire de ces libres-penseurs du Québec et des avanies qu’ils ont dû subir, souvent jusqu’à l’exil. Ces basses manœuvres du clergé catholique ont parfaitement réussi : la plupart des Québécois d’aujourd’hui sont encore aujourd’hui sous l’impression qu’il n’y a jamais eu de libres-penseurs chez eux avant la Révolution tranquille. Pourtant, à l’occasion, leurs ancêtres en ont même élu, et en toute connaissance de cause, bien souvent sous l’étiquette “libéral”, ce que Madame Gagnon devrait savoir!

Enfin, “la laïcité ne serait plus une valeur de gauche en France”. Il se trouve que je reviens justement de France où j’ai pu rencontrer des membres de la Libre-pensée française. Je peux vous assurer que la laïcité reste une valeur de gauche en France même si, et cela est vrai pour tous les pays, elle peut être piratée par toute sorte d’individus mal intentionnés, tout comme les religions le sont à l’occasion. Le propre d’une bonne idée, importée ou non, c’est qu’elle attire aussi les escrocs. Devrions-nous la rejeter pour autant ?

Michel Virard, président, Association humaniste du Québec

Les commentaires sont fermés