Décès d’un co-fondateur de Humanist Association of Canada – Henry Morgentaler

July 02, 2008 - Dr. Henry Morgentaler speaks at a press conference this morning at his Toronto abortNous apprenons que Henry Morgentaler, bien connu comme pionner du droit de choisir des femmes au Canada est décédé. Il est cependant moins connu qu’il fut l’un des pionniers de l’Humanisme au Canada et certainement le plus médiatisé.

En septembre 2012, j’avais écrit pour le bénéfice d’un auditoire de Libre-penseurs français, une allocution sur Henry. Je crois qu’elle reste aujourd’hui un hommage approprié à un humaniste qui avait suffisamment le courage de ses opinions pour payer chèrement de sa personne :

“…, j’aimerais rendre un bref hommage à un humaniste canadien de la première heure, le Dr Henry Morgentaler, inspirateur de tant d’autres Canadiens, aussi bien anglophones que francophones.

Lorsque les troupes américaines ont trouvé Henry, le 29 avril 1945, il avait 22 ans et pesait 32 kg. Il avait été envoyé à Dachau par les Nazis parce que sa famille était juive. Il est arrivé au Canada en 1950 où il a étudié la médecine à l’université de Montréal et s’est rapidement spécialisé en planning familial. Le 19 octobre 1967, il a présenté un rapport devant la Commission santé et bien-être du Parlement fédéral sur le problème des avortements illégaux au Canada. Le Dr Henry Morgentaler y concluait que « les femmes devraient avoir droit à un avortement sécuritaire ». La réaction à ce rapport public fut une avalanche de demandes d’avortement de la part de femmes désespérées, avalanche qui le prit par surprise. Dans un premier temps, la réponse d’Henry fut de refuser. Comme il le disait lui-même : « Je suis de tout cœur avec vous. Je connais votre problème mais la loi ne me permet pas de vous aider. Si je le fais, j’irai en prison, je perdrai ma licence de médecin. J’ai une femme et deux enfants. Je suis désolé mais je ne peux pas. »

Pour un temps, Henry a renvoyé ces femmes à deux autres médecins mais ceux-là même cessèrent d’être disponibles et plusieurs de ces femmes se retrouvèrent aux urgences des hôpitaux après des avortements bâclés. Henry savait par les journaux que des femmes mouraient à Montréal à cause d’avorteurs incompétents. Il savait que ces femmes étaient prêtes à tout pour avoir un avortement, en dépit du danger. Il savait aussi qu’il connaissait les moyens pour éviter ces morts inutiles.

C’est alors que Henry a décidé de faire changer la loi. En dépit des risques pour lui-même, en 1968, il a laissé sa pratique de médecine familiale pour ouvrir une clinique d’avortement.

En 1969, le Parlement changea une première fois la loi sur l’avortement mais elle imposait l’assentiment d’un Comité d’avortement thérapeutique de l’hôpital qui devait décider, sans appel, si un avortement était justifié. Les deux tiers des hôpitaux ne se sont même pas fatigués pour créer ces comités, de fait laissant des zones géographiques entières sans aucune possibilité d’avortement légal. Du fait que Morgentaler pratiquait des avortements sans se référer à un tel comité, ils étaient tous illégaux.

Le 1er juin 1970, la police a débarqué une première fois dans la clinique du Dr Morgentaler qui fut accusé formellement d’avoir pratiqué des avortements illégaux. La première cause fut jugée en 1973 mais, entretemps, le soutien de groupes féministes avait eu le temps de faire tourner le vent. Sa défense était celle du devoir du médecin de sauver la vie et la santé de ses patientes même si cela contrevenait à la loi. Morgentaler fut acquitté par le jury.

Dans une action sans précédent, en 1974, la Province de Québec fit appel de l’acquittement et obtint une condamnation. Morgentaler fit appel à la Cour suprême du Canada.  La condamnation fut confirmée par six voix contre trois sur la base que le danger auquel les femmes avortées faisaient face n’était pas un danger immédiat.

Henry fut condamné à 18 mois de prison et incarcéré en mars 1975.

Parallèlement, en 1975, le Parlement fédéral, sous le gouvernement Trudeau, amenda le droit criminel canadien afin qu’un acquittement par jury ne puisse être renversé par une cour d’appel, laquelle peut toujours ordonner un nouveau procès. Il s’agit très officiellement de l’Amendement Morgentaler.

Alors qu’il était en prison, en 1975 un second procès contre lui eut lieu. Il fut acquitté de nouveau par le jury mais continua d’être incarcéré. Comme la première fois, le Ministre de la Justice du Québec fit appel de l’acquittement. Cette fois-ci la cour d’appel refusa unanimement de contester l’acquittement.

Toujours en prison, Henry se vit refuser la libération habituelle sur parole au bout du tiers de la peine. Il passa finalement dix mois en prison et y subit une attaque cardiaque alors qu’il était maintenu en confinement solitaire. Il fut alors envoyé à l’hôpital.

En janvier 1976 le Ministre fédéral de la justice avait jugé bon de lancer une troisième poursuite contre Morgentaler. Le 18 septembre 1976, un troisième jury acquitta de nouveau Henry. Cette fois-ci, cela pris moins d’une heure de délibération!

En décembre 1976, le nouveau Ministre de la Justice du Québec, du parti Québécois, interrompit les procédures d’un 4e procès contre Henry et déclara que, considérant l’impossibilité d’obtenir une condamnation devant jury, la province ne poursuivrait plus les médecins faisant des avortements au Québec et refuserait donc de faire respecter la loi fédérale sur l’avortement.

Les années suivantes virent des actions légales tant au niveau des autres provinces que du fédéral. En 1983 Henry a ouvert des cliniques d’avortement en Ontario et au Manitoba, chaque fois en claire violation de la loi fédérale. Cependant, en 1982, la Charte canadienne des droits et libertés avait été votée, ce qui ne fut pas sans conséquence.

Six années plus tard, en vertu de cette charte, le 28 janvier 1988, dans la cause La Reine contre Morgentaler, la loi fédérale sur l’avortement fut invalidée par la Cour suprême du Canada dans une décision 5 à 2. Depuis ce jour, les femmes canadiennes sont libres d’interrompre leur grossesse et le Canada n’a plus de loi sur l’avortement comme tel.

Cela n’empêche pas que pratiquer des avortements au Canada continue d’être une activité dangereuse. Un médecin canadien a déjà été poignardé et le Dr Morgentaler continue d’être menacé.

Le Dr Morgentaler a reçu depuis de nombreuses distinctions honorifiques. En particulier, en 2008, Le Dr Henry Morgentaler a reçu de la Gouverneure générale du Canada la plus haute distinction canadienne,  l’Ordre du Canada, pour son œuvre en faveur des femmes. Ceci a déplu à un certain nombre de personnes dont trois médaillés, tel que l’archevêque de Montréal, le Cardinal Jean-Claude Turcotte, qui ont jugé nécessaire de retourner leur médaille.

Les Humanistes canadiens sont particulièrement honorés d’avoir parmi eux un homme de la trempe d’Henry Morgentaler, fondateur de la première association officiellement humaniste du Canada.  Je ne l’ai rencontré qu’une fois à Ottawa lors du congrès des Humanistes canadiens. Toujours d’une simplicité désarmante… et toujours sous la protection de la police! Dès sa création Henry a accepté d’être un des conseillers émérites de la Fondation humaniste du Québec mais il se fait plus rare maintenant, à près de 90 ans.”

Michel Virard, septembre 2012.

 

Les commentaires sont fermés