James Moore se défend d’avoir cédé aux groupes religieux

James Moore se défend d’avoir cédé aux groupes religieux

Le ministre du patrimoine de notre bon gouvernement Harper, M. James Moore a qualifié l’évènement Sexe : l’expo qui dit tout, « d’insultes aux contribuables ». Cette exposition qui a ouvert ses portes la semaine passée au Musée des sciences et de la technologie du Canada a soulevé l’ire de plusieurs groupes évangéliques qui, on le sait maintenant, ont leurs entrées au parlement, bien que les conservateurs s’en défendent mollement.  M. Moore se défend d’avoir fait cette déclaration pour plaire à ces groupes religieux, mais disons que si c’est le cas la coïncidence est un peu grosse. Je vous laisse juger à la lecture de cet article paru samedi le 19 mai dans la presse.  

19 mai 2012 – La Presse – HUGO DE GRANDPRÉ

Controverse sur l’exposition Sexe: l’expo qui dit tout à Ottawa

Sexe : l’expo qui dit tout

Photo fournie par le centre des sciences de Montréal

Lundi, Don Hutchinson, vice- président de l’evangelical Fellowship of Canada, a écrit une lettre au ministre pour lui faire part de sa stupeur à l’égard de l’exposition.

OTTAWA — Le ministre du Patrimoine, James Moore, se défend d’avoir cédé aux pressions de groupes religieux en dénonçant l’exposition sur le sexe qui a ouvert ses portes jeudi au Musée des sciences et de la technologie du Canada.

Certains de ces groupes ont manifesté leur mécontentement à l’égard de l’exposition Sexe : l’expo qui dit tout, avant même que le ministre Moore ne la dénonce comme étant « une insulte aux contribuables » et que certains de ses collègues conservateurs ne la comparent à de la pornographie.

Cette exposition d’éducation sexuel le créée par le Centre des sciences de Montréal et destinée aux adolescents, mais dont l’âge d’admission a été changé de 12 ans à 16 ans dans la foulée de la controverse, a continué à faire des vagues au Parlement, hier.

Lundi, Don Hutchinson, vice- président de l’evangelical Fellowship of Canada, a écrit une lettre au ministre pour lui faire part de sa stupeur à l’égard de l’exposition. Il a placé le premier ministre Stephen Harper en copie conforme.

Cette lettre a également été publiée sur le blogue Christian Governance qui, selon un reportage de RadioCanada, est géré par un adjoint d’un collègue conservateur de M. Moore, Maurice Vellacott.

Le même jour, James Moore s’est rendu sur place pour visiter l’exposition.

Il faut dire que des plaintes circulaient au sein de groupes religieux depuis au moins le vendredi précédent. Avant d’ouvrir ses portes, jeudi, le musée avait mené une série de visites préalables avec des groupes d’élèves et leurs accompagnateurs, afin d’obtenir leurs commentaires.

« Quelqu’un qui a participé à unede ces visitesmercredi ou jeudi de la semaine dernière a envoyé un courriel à une série de gens le vendredi, et nous l’avons reçu » , a expliqué Dave Quist, directeur général de l’institut du mariage et de la famille du Canada ( IMFC), groupe de défense des valeurs traditionnelles.

L’IMFC a alors demandé aux représentants du musée de pouvoi r visiter l’exposition, et cette visite a eu lieu mardi dernier. Le lendemain, l’institut a écrit une lettre au ministre et au premier ministre pour réclamer l’annulation de l’exposition. Sur son site web, l’institut a joint au document une demande de contribution financière du public pour l’aider à « continuer cet important travail » .

Les premières prises de position publiques duministre Moore contre l’exposition sont survenues le jour même. « Un groupe a lancé le bal »

« Tout le monde a le droit de s’exprimer dans la vie démocratique d’un pays, a réagi hier Sébastien Gariépy, attaché de presse du ministre. Si les groupes religieux veulent appeler au musée et dire que ça n’a pas d’allure, ils ont le droit de le faire. Mais le ministre Moore n’a pas cédé à ces gens- là. Il a tout simplement donné son avis. »

Le porte- parole a aussi souligné que son patron avait respecté l’indépendance du musée, malgré les dizaines de plaintes reçues à son bureau et exprimées publiquement, tous citoyens confondus.

Louise- Julie Ber trand, qui a créé l’exposition pour le Centre des sciences de Montréal et qui a travaillé à sa mise en place à Ottawa, estime néanmoins que l’institut du mariage et de la famille a joué un rôle important dans l’affaire.

« C’est eux qui ont pris le plancher au départ, a- t- elle précisé. Et ce sont eux qui ont fait des représentations auprès du ministre. »

« Dans le fond, c’est un groupe qui a lancé le bal. »

« Est- ce que notre lettre est la raison pour laquelle le ministre a pris cette décision? s’est quant à lui interrogé le directeur général de L’IMFC. Je ne peux pas le dire, parce que je n’ai pas été en contact avec lui personnellement. »

Share

Une Réponseà “James Moore se défend d’avoir cédé aux groupes religieux”

  1. Michel Virard dit :

    La sexualité fait toujours aussi peur aux Évangéliques même si les scandales révélés aux États-Unis nous laisse penser que ces communautés ont leur lot de Tartuffes. Sexualité et laïcité ont-elles un rapport ? Je vous invite à vous inscrire à notre prochaine conférence internationale les 3-4-5 août à l’hôtel Hilton-Bonaventure. Le sujet ? “Sexualité et laïcité”. Naturellement le Ministre James Moore y est bienvenu. Peut-être apprendra-t-il des choses qui n’étaient pas à l’exposition.
    http://humanistconference.ca/fr