Conférence AQDMD

J’ai eu le plaisir d’être invité par Hélène Bolduc à une conférence remarquable par deux médecins Marcel Boisvert et Bernard Senet qui a fait salle comble samedi 18 avril 2009. Les témoignages du Dr Senet nous ont fait comprendre, s’il en était encore besoin, les enjeux et les dilemmes propres aux situations des personnes en fin de vie. Le Dr Boisvert nous a rappelé que ces situations ne sont pas nouvelles et que les sociétés occidentales ont encore beaucoup de mal à exprimer leur compassion de la bonne façon.

Ces conférenciers m’ont permis de faire quelques distinctions cruciales que je vous propose ici :

– la douleur et la souffrance ne sont pas la même chose. La douleur peut être contrôlée dans la plupart mais pas dans tous les cas. La souffrance peut exister en l’absence de douleur physique. Par exemple lorsqu’on assiste impuissant à la désintégration de son humanité;

– pénaliser des victimes réelles (les mourants) au profit de victimes hypothétiques (les handicappés) n’est peut-être pas une bonne idée;

– ce n’est pas la vie qui est sacrée mais c’est la personne.

L’AQDMD continue le combat pour une assistance médicale à mourir lorsque la vie n’est plus qu’un processus futile, sans signification.

Les humanistes ont toujours soutenu ce droit à mourir dignement et j’invite les membres de l’AHQ et tous nos sympathisants à s’inscrire à l’AQDMD.

La bonne nouvelle, c’est que Mme Francine Lalonde, députée à Ottawa, représentera son projet de loi sur l’assistance médicale à mourir. Mme Lalonde est une rescapée d’un cancer tenace et elle sait de quoi elle parle.

Mes félicitations à Hélène Bolduc et à son équipe (dont fait partie Irène Durand) pour l’organisation de cette conférence-brunch très réussie.

Les commentaires sont fermés